mercredi 17 juillet 2013

Mon indépendance financière en péril ?

On va déjà commencer par un rappel de ma situation.

Il y a un peu plus d’un an, je revendais ma résidence principale, ma maison. L’idée était de déménager à proximité de mon boulot, m’écarter un peu plus de la région parisienne et ainsi gagner en qualité de vie.   

Et dans l’optique de pouvoir prendre le temps de bien vendre et de peut-être de bien racheter plus tard, j’avais décidé de devenir locataire, une maison au loyer de 1200€, un montant inférieur à mes mensualités de crédit avant revente.

Le bilan de cette opération 

Il a été très bon :

J’ai récupéré  lors de cette vente de ma résidence principale un capital important de 158 500€. (une petite partie investie sur mon PEA et sur mon Assurance Vie et une autre partie dépensée dans une nouvelle voiture). 

Le reste a été placé aussi bien que possible, mais dans le but de conserver cet argent disponible

D’autre part, durant cette année, j’ai naturellement dégagé plus d’épargne : moins d’essence, moins de frais automobile, un coût de logement mensuel moindre (même si évidemment je n’ai pas remboursé de capital), moins d’impôts locaux et fonciers à venir. 

Et enfin surtout, j’y ai gagné un vrai confort de vie ! Dingue ce que l’on peut faire avec une heure de plus par jour ! Le temps passé sur la route n’était pas réellement productif…

Si j’extrapole un peu, je pouvais même imaginer sérieusement couvrir mes loyers avec revenus annexes d’ici quelques années..
  

Le hic...
 
Oui mais voilà, quelquechose clochait…

Ma location était plutôt confortable, pas la plus belle maison du coin, mais peu importe…

Mais le problème était que je n’étais pas chez moi !!!

Je n’étais « que »  locataire et après avoir connu une situation de propriétaire, on finit assez vite à ressentir un peu de frustration, un manque…

Pour être clair, je ne pouvais rien améliorer, rien modifier, rien bricoler…et pourtant les idées ne manquaient pas pour rendre cette maison bien plus agréable à vivre. 

On doit donc se priver de petits projets, et on finit par s’ennuyer.

Alors du coup, j’ai finalement décidé de redevenir propriétaire ! Dans le même coin, mais chez moi !

Je l’ai su assez vite que cette vie de locataire ne me (nous) conviendrait pas très longtemps.


Ceci dit, aucun regret d’avoir effectué la transition de cette manière. J’ai pu vendre sans avoir la pression du timing pour éviter de payer un prêt relai par exemple. 

Et surtout j’ai pu acheter à nouveau sans avoir la contrainte de devoir vendre avant d’acheter. Un simple préavis de 3 mois à gérer. Ca permet de mener son projet d’achat immobilier nettement plus sereinement.


Des avantages à être propriétaire mais aussi des inconvénients

Même s'il ne fait aucun doute pour moi qu’il fallait que je redevienne propriétaire, tout n’est pas totalement rose évidemment…

D’une part, on perd beaucoup en mobilité. Et être mobile, flexible, prêt à bouger est un atout dans le contexte actuel. 

Mon lieu de vie actuel est piloté par mon lieu de travail. Coup de bol pour moi, le coin est sympa, il y a vraiment pire !
Mais si demain je suis viré, soit il faudra vendre…soit refaire de la route ! Soit avoir déjà suffisamment avancé dans mon projet de liberté financière pour se libérer de ces contraintes…

D’autre part, comme évoqué dans cet article, acheter de l’immobilier en 2013 n’est peut-être pas la meilleure idée qu’il soit !
Pour le moment les prix se maintiennent…dans ma région en tout cas.
Et bien sûr, sur le principe j’ai acheté pour au moins 10 ans…plus peut-être. Ou moins si des événements extérieurs me poussent à devoir partir plus tôt…

J’y reviendrais dans un prochain article, j’ai bien sûr acheter avec pas mal d’apport personnel, à un prix que je considère assez bien négocié. 

Si je me trouve donc forcer à vendre dans 2 ou 3 ans, et que l’immobilier a chuté, je perdrai de l’apport certes, mais je n'aurai pas de dettes vis-à-vis de ma banque (sauf crack majeur !), et ça c’est déjà l’essentiel.

Il y a donc un vrai risque financier, mais j’en suis conscient et je l’ai pris en compte je pense…


Et pour mon objectif d’indépendance financière ?

Ce que j’ai récolté de cette opération : 

Des frais (notaire, etc…)
16 années de prêt immobilier (à 37 ans…)
Et des mensualités un plus élevées que mes derniers loyers...

Ca peut faire peur, mais ça peut aussi vouloir dire qu’à 50 ans ma maison serait payée (16 années de crédit que je devrais pouvoir payer en 12 ou 13 ans si j’avais poussé mon endettement au plafond), et ce sans compromettre mes autres investissements pour développer mes revenus passifs et alternatifs. (actions à haut dividendes et immobilier locatif entre autres).

Indépendant financièrement à 55 ans m’irait très bien, et cet objectif me parait encore tout à fait jouable !

Et surtout, entre temps, je vais profiter pleinement dans une nouvelle maison que j’adore et dans laquelle je vais enfin pouvoir monter la cabane dans les arbres que me réclamaient mes enfants !


Plus de détail sur mon achat immobilier dans un prochain article…


Sur le même thème : 

14 commentaires:

Combattrelacrise.fr a dit…

Félicitations pour cette nouvelle acquisition, n'hésitez pas à nous en dire plus dans un prochain article, je suis personnellement curieux de voir ce que ça donne en terme de financement!

Pour l'indépendance financière, évidemment un tat d'imprévus viendront joncher votre chemin, ils sont inévitables et peuvent à la fois retarder cette liberté ou l’accélérer! L'important est de mettre en place les leviers qui permettent de se mettre le plus à l'abri possible, ce que vous faites très bien!

à bientôt!

ThePress a dit…

"Acheter de l’immobilier en 2013 n’est peut-être pas la meilleure idée qu’il soit"

Pas d'accord du tout: des taux qui n'ont jamais été aussi bas, et un léger fléchissement des prix du marché, mais qui pourrait rapidement repartir à la hausse. On est loin d'avoir le krach immobilier que tout le monde nous prédit mais qui n'arrive jamais; cependant 2013 est l'année où il faut acheter.

jeremy a dit…

@ThePress : comme cela a été évoqué à plusieurs endroits il ne faut pas forcément se focaliser sur le taux (très bas actuellement) mais sur le prix en lui-même. Et souvent une petite baisse du prix globale et bien plus intéressant qu'un taux très bas. Les calculs restent à faire bien sûr selon les cas :)

ThePress a dit…

@jeremy: mais les prix ont aussi légèrement baissé aussi je trouve, du moins dans ma région (Rhône-Alpes). C'est tellement rare que je pense qu'il faut en profiter.

Olivier a dit…

@ThePress, malgré mon achat immobilier récent, j'aimerais que tu es tord...;-) en effet, ma maison, à priori je l'achète pour longtemps, peu importe normalement l'évolution future de son prix. Par contre, pour continuer à investir dans l'immobilier, et retrouver de hauts rendements et si possible de l'autofinancement, une baisse significative des prix serait la bienvenue !
A Bientôt !

Delphine a dit…

Félicitations...
Aucun regret à avoir en tout cas, louer et indépendance financière c est tout à fait antinomique à mon gout alors si finalement vous y arrivez en l espace de 16 ans... Bravo !

Ludovic Baratier a dit…

Bonjour

Très intéressant ton article,

Effectivement, il ne faut pas avoir de regrets et avancer avec ses idées. Pour l'indépendance financière, je crois qu'il faut sortir de France et aller dans des pays plus jeunes au niveau de l'économie.

Ludovic

Michel de Changer Gagner a dit…

Bonjour,

être propriétaire cela a un coût. C'est bien pour la plupart des gens, ceux qui ne font pas d'investissement. Mais pour quelqu'un qui sait investir, c'est pas le meilleur moyen de parvenir à l'indépendance financière.

Sovanna Sek a dit…

Bonsoir,

Personnellement, investir dans l'immobilier sur des niveaux de prix déconnectés de l'économie réelle m'incite à passer mon chemin pendant une décennie. De plus, les ventes ont baissé régulièrement depuis le début de l'année 2012.
Être propriétaire comporte des risques dont le consensus néglige naïvement :
- Capital non garanti
- Risque d'impayés pour le locatif
- Actif peu liquide
- Actif pas délocalisable au contraire de l'or
- Sensibilité aux marchés de taux en particulier celui de l'OAT.
- Sans oublier le risque fiscal : hausse décorrélé par rapport au coût de la vie, de la taxe d'habitation, de la taxe foncière et des charges de copropriété
- Frais de notaires à gérer

Ne pas oubliez qu'une bulle ne se dégonfle pas mais elle explose.

Cordialement.

Construire sa retraite a dit…

Bonjour,
Bravo pour cette nouvelle acquisition. Pour être déjà passé par là, il est vrai que l'on trouve satisfaction et épanouissement à être propriétaire de son chez soi, de manière à l'entretenir, le faire évoluer et ... disposer d'un patrimoine qui sera bien utile à l'heure de la retraite.
Par ailleurs, c'est un bon moyen de mettre à l'abri ses proches (femme et enfants) surtout si vous êtes le plus gros salaire.

Gaëtan Lefebvre et Alexandre Bruney
http://www.construire-sa-retraite.com

Alex de la bourse à LT a dit…

Bonjour,

Avec l'expérience, je trouve que l'on est plus libre en étant locataire et cela coûte beaucoup moins cher.
Pour pallier à la sécurité financière pour ses vieux jours, il suffit d'être propriétaire en investissant dans le locatif sur plusieurs biens immobiliers et le tour est jouer.

Alexandre

Ludovic Baratier a dit…

Bonjour ALex

C'est vrai que je connais pas mal de gens qui adoptent la même démarche que toi et qui ne se plaignent pas de cette stratégie.

Ludovic

Vincent de Nouveau-Bienheureux.com a dit…

Je pense personnellement que d'acquérir un toit pour se loger est un acte important d'une démarche d'indépendance financière. Et ce quel que soit l'état du marché.

Etant issu d'une formation scientifique, on m'a appris qu'il y avait 2 ressources pour lesquelles les êtres vivants luttent : l'espace et la nourriture. Le logement est pour moi une ressource indispensable à une vie confortable. C'est la ressource la plus simple (relativement) à fixer une fois pour toute.

Ne pas posséder son logement revient à ne pas maîtriser un facteur déterminant de sa vie. Et comme pour moi, l'indépendance et la richesse sont avant tout une histoire de maîtrise, je ne peux que comprendre et encourager la démarche qui consiste à "se trouver un toit".

Maintenant, j'entends les arguments "ça coute cher, ça grève de la capacité d'emprunt..." Il faut donc nuancer et peut-être ne pas faire de crédit pour l'acquisition de sa RP dès l'entrée dans la vie active. En revanche, le premier objectif devrait être de l'avoir "à soi" le plus tôt possible.

Il y a selon moi 2 phases dans une vie :

- Une première axée sur l'acquisition de sa RP. Pendant cette phase, on peut être locataire et investir ou alors rembourser un crédit, peu importe car tout dépend de la situation de chacun, on peut très bien se loger à pas cher en remboursant un crédit ou exploiter la flexibilité d'une location. L'objectif ici est de monter un capital pour exclure le problème d'espace (logement).

- Une deuxième étape qui est de monter un capital pour exclure les deux autres problèmes majeurs pour qui aspire à l'indépendance financière : le temps disponible et la mobilité.

Lucas a dit…

Un très beau récit que le votre ! N'ayant que la vingtaine je commence à penser à l'investissement et de trouver des expériences positives ça me donne envie de me lancer mais ça me fait peur aussi, comment savoir qu'on fait le bon choix ? Comment être sûr de ne pas ruiner les économies que votre famille aura mis des années à bâtir ? ...

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...