mardi 20 mars 2012

Investir en actions, les rentes espérées de mon PEA dans 10 ans

J’évoque régulièrement la constitution de mon PEA « rendement », et comment je l’alimente régulièrement par investissement progressif .
J’avais aussi décrit dans cet article comment je voyais croitre ce capital financier par effet boule de neige au cours des prochaines années.

Mais quelle est la finalité ? comment je vois aujourd’hui l’exploitation de ce capital ? Qu’est ce que je vise avec cet investissement ?

Je l’ai déjà dit, uniquement obtenir du capital investi des revenus passifs, des rentes, durant des années, voir pourquoi pas à vie.


L'objectif est de faire de cet investissement en actions à haut rendement un véritable pilier de mon indépendance financière.   

Une source sûre, régulière et durable, de revenus passifs d’un montant tout de même significatif.


Combien de revenus passifs ?

Ma cible est de pouvoir percevoir chaque année 5000€ de revenus net d’impôts


Comment obtenir 5000€ de revenus passifs avec ce portefeuille d’actions ?

Après 5 ans de détention d’un PEA, les plus-values ne sont plus imposées, seuls les prélèvements sociaux sont dûs (actuellement à 13,5%).

Pour bénéficier donc de 5000€ de revenus net par an, il faudrait que mon PEA génère environ 6000€ de dividendes, que je pourrais retirer.
(un peu moins en fait, mais autant anticiper les probables futures haussses de prélèvements sociaux...)

Il me faut donc un portefeuille de 100 000€ investis en actions offrant un rendement moyen de 6%. (le plafond sur un PEA est de 132 000€).


Est-ce réaliste ?

J’ai a ce jour bâti en 1 an un portefeuille d’un peu plus de 10 000€ (dividendes réinvestis) rémunéré à ce jour à 6,73%.
Je percevrai en 2012 déjà au moins 700€ de dividendes.

Je suis donc à 10% de la cible en terme de capital avec un petite avance sur le rendement 6,73% pour une cible de 6%...

Bien sûr, j’ai profité de la période de crise boursière de 2011 pour investir à bon compte, avec des actions bon marchés offrant d’excellents rendements.

Mais c’est justement la principe, investir plus en période de baisse, et il y aura à n'en pas douter d’autres moments propices dans les mois ou années à venir.  

Je ne compte pas effectuer de retrait sur mon PEA avant 8 ans, ce qui entrainerait la clôture du compte.

Même après 8 ans d’ancienneté il est toujours possible d’alimenter le PEA.

Je me donne une petite dizaine d’année pour atteindre la capital de 100 000€. Ça me parait réaliste, je ne mettrais pas non plus tous mes œufs dans le même panier. Ce n’est qu’un investissement parmi d’autres.

Pour en revenir au rendement de 6%, il me parait tout à fait atteignable notamment grâce aux dividendes croissants.

Même si dans les années à venir, il devient plus difficile de trouver des actions à haut rendement, supérieures à 6%, fiables. (par exemple en cas de hausse durable de la bourse), il est très probable que les dividendes des actions achetées par exemple en 2011 aient augmenté. Les actions de 2011 qui offraient un rendement de 7% pourraient alors offrir du 10% dans 8 ans…mécaniquement, sans intervention de ma part.

Surement pas pour tous mes titres, c'est là qu'il faut aussi faire une bonne sélection au départ...

C’est pourquoi en moyenne, j’estime que l’objectif de 6% de rendement moyen d’un portefeuille boursier est plutôt conservateur. Ça ne me parait pas utopique du tout…

Et bien sûr, je n'oublie pas le risque de baisse de dividende pour certains de mes titres, comme récemment avec Vivendi, avec une baisse de rendement de ma ligne d'actions de 8,21% à 5,66%.
Un dividende en baisse de 30% certes, mais finalement avec 5,66%, je reste proche de mon objectif moyen de 6% ! donc pas catastrophique, je ne doute pas que le dividende remontera dans les années à venir, je conserve donc mes actions Vivendi.

Mais cet incident de parcours met bien en évidence la nécessité de rester attentif et de devoir peut-être faire vivre son portefeuille d'actions, avec parfois des arbitrages nécessaires (vente de certaines actions).

Ca met également en évidence la nécessité de diversifier son portefeuille, une dizaine de ligne me semble raisonnable, j'en suis à 8. Si un titre fait défaut, l'impact sur le rendement global reste limité.



Est-ce durable ?

Si je me projette dans 10 ans, avec enfin 100 000€ d’actions sur mon PEA, avec 6000€ de dividendes perçus par an.

Il est probable qu’arrivé à ce stade, je décide de commencer à effectuer des retraits partiels tous les ans : percevoir mon revenu passif, soit pour en tirer un complément de revenu, soit pour le réinvestir autrement…

Chaque année, je sortirai donc l’intégralité des dividendes, par exemple 6000€ et je ne toucherai réellement que cette somme amputée donc des prélèvements sociaux (13,5% à ce jour, peut-être beaucoup plus dans 10 ans…)

Mais je ne vendrai pas d’actions, je conserverai toujours autant d’actions, le capital placé restera toujours autour des 100 000€ plus ou moins les fluctuations de la bourse (qui n’auront aucune importance).

Donc toujours autant de dividendes l’année suivante !
Et si certains dividendes croissants sont bel et bien au rendez vous, je peux même espérer compenser l’inflation et maintenir la valeur de mes rentes perçus sur du très long terme !

Et encore une fois, je n’exclus pas la nécessité de faire quelques arbitrages, à priori aujourd’hui j’achète mes actions à vie, mais même les plus grosses sociétés peuvent faire faillite (Kodak…), il faudra donc garder un œil sur son portefeuille, en particulier l’évolution des distributions de dividendes.



Un investissement en bourse à moindre risque

Encore une fois, avec cette démarche d’investir dans des sociétés solides qui offrent une part intéressante de leurs bénéfices aux actionnaires, je ne joue pas en bourse.

Je ne cherche pas du tout à profiter de la hausse des cours de bourse et je ne subis pas non plus les baisses.
(même si parfois, c'est très tentant quand je vois que j'ai déjà fait +33% depuis l'achat de mes actions Rallye en début d'année)

Je n'investis que de l'argent que je n'ai pas besoin de récupérer, et j’attends de celui-ci simplement une rente à vie.



Une source de revenu passif à coupler avec d’autres

Je suis aujourd'hui très satisfait de m'être relancé dans la bourse depuis presque 2 ans.

Après quelques tatonements au début et quelques ratés très formateurs,  je pense réellement avoir trouvé la voie qui me convient en ayant ouvert il y a un an mon PEA binck composé d'actions à haut rendements.

Je ne doute pas qu'il s'agira d'un investissement clef assurant une bonne petite partie de ma liberté financière.  
Un tel PEA m’apporterait donc un premier revenu passif annuel, que je crois fiable et durable, de l’ordre de 5000€ à un horizon de 10 ans.

et bien sûr ce n'est pas suffisant !

Pour environ le même horizon de temps, mon studio meublé devrait assurer le même niveau de revenu supplémentaire.

J’ai donc aujourd’hui avec ces 2 sources une visibilité d’environ 10 000€ de revenus annexes annuels, plutôt bien protégés de l’inflation (hausse des loyers et dividendes croissants...).

Ce sont pas les seules sources et il en faudra d'autres...

Dans le prochain article, je vous montrerai comment je suis la progression de mes revenus annexes, un outil  source de motivation mais aussi d'aide au développement de ces revenus supplémentaires !


Sur le même thème :

23 commentaires:

Phil de Culture Financière a dit…

Bonjour,

J'aime particulièrement vos articles sur le PEA, avec vos interrogations.

Je viens de voir la constitution de votre portefeuille et je vois du FTE. N'avez vous pas peur d'une baisse du dividende sur le MT ? Voire une suppression. La payout ratio est quand même de 94% et les perspectives LT ne sont pas des plus belles.
Quand on voit que PAJ ne verse aucun dividence cette année, alors que c'était une valeur de fort rendement comme FTE, ça fait réfléchir.

Aussi, votre portefeuille est franco-français (comme le mien d'ailleurs). N'envisagez-vous pas une diversification plus européenne ?

Cordialement,

xa a dit…

Bonjour,

Une petite précision concernant le PEA : vous pouvez l'alimenter après 8 ans, SAUF si vous effectuez un retrait, ce qui interdit de l'alimenter par la suite.

Par ailleurs, le plafond de 132k concerne les dépôts, pas le capital du PEA. Ce capital peut dépasser les 132k, du moment qu'il est issu de la valorisatoin des titres.

Enfin, j'aimerai juste ramener tout le monde sur terre en vous rappelant que 6% de rendement pour une action, c'est loin d'être la norme. Ca caractérise, en général, une action sous valorisée ou un dividende exceptionnel.

Mais dans un environnement normal, le rendement moyen des dividendes est plus proche des taux d'intérêts moyen, entre 2 et 3% de la valeur du titre. Il me parait donc illusoire de pouvoir tirer 6% de dividendes purs par an sur de longues périodes.

Olivier a dit…

@Phil, je vous remercie, bien sûr, dans la foulée de ce qu’à fait Vivendi, on peut s’attendre à une baisse du dividende FT, mais comme pour Vivendi, ce ne serait pas catastrophique, aujourd’hui ma ligne a été investie à 10% de rendement. Même si le dividende est divisé par 2 ( ce qui m’étonnerait, je ne vois pas FT baisser davantage que Vivendi, 30%), je resterais encore rémunéré à 5%... ce qui reste très bien, dans l’attente d’un plus long terme plus radieux…sinon, j’arbitrerai et j’irai voir ailleurs.

Le problème avec les sociétés européennes dans un PEA, c’est que les dividendes sont imposés à la source, donc avec un portefeuille rendement, mieux vaut rester franco français, ou bien bâtir son portefeuille au travers d’un compte titre.

Merci, à bientôt !


@Xa, oui, comme je l’explique, je ne comptes pas en effet effectuer de retrait avant d’avoir atteint le capital visé, même s’il me faut encore plus de 8 ans.

Et pour en revenir au rendement, si je considère 3 titres peut-être encore sous évalués à ce jour, Total, Sanofi et Rallye, mais qui ont vu leur cours prendre 20 à 30% depuis que je les ai acheté, leur rendement à ce jour est encore respectivement de 5,4%, 4,5% et 6,3%.

Pas tout à fait 6% en moyenne certes pour ceux qui achètent aujourd’hui, mais pas mal quand même…
Et je me trompe peut-être mais je pense que ce sont des sociétés pour lesquelles les dividendes ont plus de chance de croitre que de baisser radicalement à l’avenir. (les performances passées ne préjugent pas de l’avenir je sais…mais bon, leur historique est tout même très rassurant.)

Et actuellement mon portefeuille me rapporte 6,73% malgré la « claque » vivendi. C’est un fait. FT verra surement aussi sa ligne baisser, ramenant alors mon portefeuille à 6% ?

Rien n’est acquis certes, et j’espère pouvoir continuer quelques années à donner des nouvelles de mon rendement moyen, prouvant que l’on peut maintenir dans la durée bien plus que le livret A.

Merci de votre commentaire, bonne journée.

Pierre-Antoine de Jeune et Actif a dit…

Salut Olivier,

Très belle perspective à l'horizon! Pour constituer ton PEA tu investis tes revenus internet plus une partie de ton salaire?

Bonne journée,

Pierre-Antoine

Olivier a dit…

@Pierre Antoine,
Pour 80% il s’agit en effet de revenus annexes que j’ai investi en bourse, des revenus supplémentaires que j’investi, c’est aussi pour cela que c’est de l’argent dont je n’ai pas besoin, et que je compte pas récupérer autrement que sous forme de rente.
Je l’expliquais un peu en détail, de façon plus visuelle dans ces 2 articles :

http://www.plus-riche-et-independant.com/2011/12/leffet-boule-de-neige-de-mes.html

et http://www.plus-riche-et-independant.com/2011/10/mon-systeme-dindependance-financiere.html

Bon investissements sur ton compte récemment ouvert ;-) ! A bientôt.

Raf a dit…

Bonjour,
Merci pour ce partage d'expérience.
Je suis également intrigué comme Pierre-Antoine vis à vis des investissements.
10Ke par an représente quand même une certaines sommes, si la première année il peut s'agir ouvrir un PEA avec les "économies familiales" et même réinvestir les dividendes (effets boule de neige), ça ne semble pas (à mon niveau) réalisable sans apport extérieur (salaire, ...).
Et ce, surtout si on veut "conserver le divertissement". Par exemple, diversifier en moitié : immobilier, bourses.... ça sous entendrait 10ke en bourse et 10 ke en immobilier.
Qu'en pensez vous ?

xa a dit…

@Olivier

"Et je me trompe peut-être mais je pense que ce sont des sociétés pour lesquelles les dividendes ont plus de chance de croitre que de baisser radicalement à l’avenir"

Je crois que vous ne vous trompez concernant le MONTANT des dividendes. Mais vous oubliez que le rendement se calcule par rapport à la valeur du titre.

Prenons FT. Le rendement actuel est d'environ 6% (coupon/titre). Mais dans le même temps, l'entreprise est valorisé 8 fois ses bénéfices. A partir de là, si les bénéfices se maintiennent (condition pour maintenir le dividende), l'action devrait prendre de la valeur, ce qui baisserait mécaniquement le rendement.

Or votre stratégie présente 6% de rendement en dividendes purs, ce qui signifie mécaniquement que les entreprises que vous devez acheter seront à un ratio de prix similaire (capitalisation entre 6 et 8 fois les bénéfices).

C'est là que ca me parait illusoire, puisque naturellement, en sortie de crise (et je pense qu'on ne va pas reter 10 ans avec des entreprises sous valorisées), les titres en question verront leurs prix réévalués.

C'est pour cela que je ne crois pas qu'on puisse tirer 6% de dividendes par an. Par contre, si on intègre des plus-value, c'est très faisable :)

Olivier a dit…

@Raf, l’intérêt de l’investissement en immobilier est qu’il ne nécessite quasiment pas de capital initial. Pour mon studio, j’aurai mis de ma poche 8000€, frais de notaire et meublé, le reste a été intégralement emprunté. C’est le gros avantage de l’investissement locatif, ça prend du temps pour être rentable, mais ce sont les locataires qui payent le bien (à condition d’arriver à être proche de l’autofinancement), peu de capital à apporter.

Donc aujourd’hui (c’est le cas depuis 1 an), je vise en effet de placer en bourse la quasi-totalité de mes revenus annexes, et peut-être aussi une partie de ma capacité d’épargne, le 13ème mois, ou les primes (intéressement ou autre…). (j’investirai progressivement mais davantage en période de crise, de baisse, depuis 2 mois et la hausse de la bourse, je patiente… et en cas de nouveau crack, je serais davantage tenté d’injecter plus en utilisant alors mon salaire.)

Ma priorité avec ma capacité d’épargne reste d’alimenter mon plan d’épargne entreprise et de bénéficier de l’abondement généreux (25%) mais ce qui est récupérable tous les 5 ans, pourrais très bien être réinjecté sur mon PEA. (ces dernières années, j’ai réinjecté sur mon studio, l’apport initial, et mon assurance vie).

Enfin, je donne ici des chiffres qui me paraissent réalistes pour moi, à chacun de les adapter à sa propre situation, c’est davantage l’approche et le principe que je voulais évoquer.
Merci, bonne journée !

Olivier a dit…

@Xa, je suis d’accord, la période passée, 2011, a été très favorable. Actuellement, ça l’est un peu moins, et je vous suis quand vous pensez que les cours monteront encore plus haut dans les 10 ans. Mais je pense aussi que l’on sera encore confronté à des périodes de creux, à nouveau propices aux achats à bon compte et à haut rendement. Ça devrait moyenner…

En cas de reprise durable de la bourse, les dividendes grimperont-ils à un rythme suffisant par rapport aux cours pour que les hauts rendements soient conservés ? peut-être pas en effet…

Mais par contre les 10000€ investi en actions en 2011 seront tout de même probablement plus rentables, plus que mes 6,73%.

Alors oui sur 10 ans d’investissement progressif, il y aura des périodes investies à moins de 6%, mais aussi des périodes à plus…en particulier donc ma 1ère année.

Après effectivement, en intégrant les plus values, ça devrait encore mieux se passer, mais j’aime essayer de raisonner et de me projeter dans le futur en me préoccupant le moins possible des cours de bourse.

En tout cas, merci de vos remarques pertinentes qui forcent la réflexion ! je vais continuer d’expérimenter mes scenarios qui restent théoriques, surtout en bourse, avec l’idée de pouvoir les affiner année après année…

Anonyme a dit…

Bonjour !

petite question: les impots sur plus values sont prélevés au moment de la vente de la ligne d'action ou au moment du retrait du compte-titre ?

xa a dit…

"Après effectivement, en intégrant les plus values, ça devrait encore mieux se passer, mais j’aime essayer de raisonner et de me projeter dans le futur en me préoccupant le moins possible des cours de bourse. "

Dans ce cas, je vous propose de raisonner avant tout en calculant le rendement non pas sur la valeur du portefeuille, mais sur le montant investi.

Là, vous ne dépendez que du maintien du numéraire des dividendes, et vous bénéficier du cumul (les dividendes de cette année génèreront des dividendes l'an prochain par réinvestissement).

Mais c'est très différent de penser pouvoir mettre 20k sur un PEA, qu'ils deviennent 100k par le jeu des cours, et que ces 100k génèrent à leur tour 6%.

Ca fait un moment que je suis sur les marchés de manière active, et que je discute avec des investisseurs plus ou moins chevronnés, je n'en ai jamais rencontré qui obtiennent les résultats que vous escomptez sans intégrer des arbitrages avec PV.

Par contre, sortir 6% net par an, sans se limiter à la question des seuls dividendes, j'en connais un certain nombre :)

Olivier a dit…

@Anonyme, les impots sur plus values, s'il y en a (les plus values sont exonérées sur un PEA de plus de 5 ans, ne reste que les prélèvement sociaux), sont prélevés en cas de retrait du compte. bonne soirée

@Xa, c'est peut-être un peu différent de mon objectif, mais je suis d'accord que calculer le rendement sur le seul montant investi est une approche qui a du sens...Merci ! A bientôt

Mathieu Lajoie de comprendrevosfinances.com a dit…

Moi aussi j'ai un objectif d'avoir des revenus passifs avec les dividendes de mon portefeuille. Cependant, je trouve élevé l'objectif de 6%. Je vise plutôt un 3% de rendement en dividende. Est-ce que tu as acheté tes titres à une époque déprimée où, étant donné le faible prix de l'action, le rendement du dividende fut évidemment élevé?

Par contre, bien d'accord avec toi sur l'effet long terme des actions et l'effet des intérêts composés sur notre portefeuille. Je ne comprends toujours pas pourquoi l'Unesco ne considère pas les intérêts composés comme une des merveilles du monde!!!

Olivier a dit…

@Mathieu, j'ai en effet constitué mon portefeuille sur tout 2011, profitant de la crise pour acheter autant que possible à des cours bas, donc des rendements élevés, dans cet article : http://www.plus-riche-et-independant.com/2011/12/pea-rendement-bilan-2011-et.html, tu verra comment est composé mon portefeuille et les rendements associés, il manque simplement ma toute dernière ligne Rallye achetée avec plus de 8% de rendement.
Depuis la bourse s'est bien reprise, mais comme je le disais dans un précédent commentaire, en France à ce jour, des sociétés comme Total ou Sanofi offrent encore aujourd'hui des rendements autour de 5% malgré un cours de bourse qui a pris plus de 20%. Merci, à bientôt!

Chris a dit…

Je souhaiterai relever 2 points :
- le nombre de lignes :
8 lignes pour 10k€ investis OK, mais si vous comptez conserver 8 lignes pour 100K€, ca sera bcp trop peu. Il faut diversifier les risques par secteur d'activité.

- la diversification géographique. Pourquoi diable n'achetez vous pas des dividend aristocrat? Ces sociétés, pour la plupart américaines, qui ont une historique de versement de dividendes sur plusieurs décennies. Certaines ont des rendements très corrects. Votre PEA ne peut les acceuillir certes, mais le CTO est aussi bien que le PEA pour les dividendes!

Olivier a dit…

Bonjour Chris, pour faire simple ici dans cet article, effectivement, je n'ai extrapolé ma situation qu'à partir que mon seul PEA. Mais en effet, j'ai aussi en tête de combiner avec un CTO, qui en tant que célibataire (pas marié), me permet de bénéficier en gros de 2500€ de dividendes exonérés, la moitié de ma cible. Et effectivement ce CTO me permettrait de diversifier avec des actions américaines notamment et les fameuses Aristocrat. (je regarde souvent d'ailleurs le screener http://www.devenir-rentier.fr/bourse_actions/bourse_actions_us/actions_sp_500_dividend_aristocrats.htm). Donc pour être plus précis, il est fort possible que pour atteindre ma cible, je combine 1 PEA et 1CTO de 50000€ chacun, avec au moins une dizaine de ligne dans chaque portefeuille.
Mais pour commencer et apprendre, le PEA avec des actions françaises très dévaluées en 2011 était pas mal ... et rentable ! Merci, bonne journée

Chris a dit…

Oui, d'autant plus que les US progresse plus fortement que nous, et que la parité € / $ est prévu à la baisse pour l'euro (1,25 vers la fin de l'année) ce qui est un bon présage pour les lignes en $.

Tony a dit…

J'apprécie cet article qui explique facilement l'investissement réalisé en bourse. En tout les cas, arriver à la retraite avec un porte feuille de 100 000 euros ce n'est vraiment pas négligeable. Bon courage pour ce challenge.

chroom a dit…

L'énorme avantage des dividendes croissants c'est que tu peux doubler ton rendement sur coût d'achat chaque 7 ans en moyenne. Pour peu qu'on ait une perspective à long terme, il vaut donc mieux réfléchir à deux fois avant d'acheter des titres à haut rendement qui ne tiennent pas forcément le coup.

Unknown a dit…

Bonjour, article très intéressant...
Cependant, je reste sceptique quand à votre choix de maintenir votre ligne Vivendi. En effet, son rendement reste certes attrayant mais la valeur de l'action est en chute libre, -17.11% depuis le 1er janvier.
En outre, la filiale SFR de Vivendi risque de souffrir sur la durée de l'arrivée de Free mobile (le licenciement du PDG de SFR en est une preuve supplémentaire). Cela risque de peser sur le cours de l'action, même si cela a déjà été anticipé en partie sur le cours. Avez-vous déjà réfléchi à une stratégie de sortie sur cette ligne ? Ou les garderez-vous coûte que coûte ? Voir même la renforcer ?

Olivier a dit…

Bonjour, j'ai parlé du cas vivendi plus spécifiquement dans cet article : http://www.plus-riche-et-independant.com/2012/03/baisse-du-dividende-vivendi-que-faire.html. Pour le moment, il est clair que je vais déjà attendre de toucher mes dividendes du mois de mai. Je ne pense pas renforcer, je préfère me diversifier un peu plus. Par contre, si la situation se stabilise au moins au niveau actuel (cours / dividende), je n'ai pas de raison de vendre, ça reste une ligne rentable dans un objectif de revenu passif. Et sur le plus long terme, je pense que la situation pourrait s'améliorer, vivendi ce n'est pas que SFR, c'est aussi GVT par exemple le 1er opérateur télécom après l'opérateur historique, au Brésil, et j'aime bien ce pays en ce moment (pas mal de grand événements sportfi sà venir...). Merci, à bientôt.

Laurent de Riche Avenir a dit…

Merci pour ton retour Olivier. Il est clair que se lancer en bourse sans stratégie est un réel handicap. Ce que je retiens surtout c'est ta capacité à réinvestir tes revenus alternatifs en bourse, surement la meilleure manière pour créer un cercle vertueux.

options binaire a dit…

Investir en Bourse s'avere etre un placement qui rapporte et peut meme rapporter "gros". Mais de toute evidence il faut savoir evaluer les tenants et aboutissants de la conjoncture politique et economique du moment et de plus savoir faire preuve de patience.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...