jeudi 24 mars 2011

Passage du compte-titres au PEA et changement de courtier !

Début Aout 2010, j’ai ouvert un compte-titres afin de commencer à investir en bourse en direct. Ce support d’investissement était celui qui me semblait être le mieux adapté à mon profil, compte tenu des opérations en bourse que j’envisageais. Je vais y revenir. J’avais également choisi Fortuneo comme courtier en ligne, après avoir comparé les principales offres du marché.

Et bien 8 mois plus tard, remise à plat totale, j’ai tout changé ! Manifestement, rien ne vaut la pratique et l’expérience pour faire les bons choix !


Pourquoi passer au PEA ?

Premièrement, après quelques mois d’expérience en bourse, j’ai aujourd’hui une vision bien plus claire de la façon dont je souhaite investir en actions :

  • Pas de trading, d’achat revente rapide, pas de produits dérivés
  • mais plutôt de l’achat long terme (avec arbitrages si nécessaire), d’actions à haut rendement, ou en tout cas d’actions de sociétés qui tendent à augmenter leurs dividendes année après année, de façon régulière. De plus, il y a déjà pas mal d’opportunité sur le marché français et européen. Le PEA est donc suffisant, le compte-titres ne se justifie pas.

Mais surtout, dans l'optique à faire fructifier mon portefeuille au travers des dividendes, le PEA est bien plus avantageux que le compte-titres d’un point de vue fiscalité des dividendes.

Je n’avais pas fait attention lorsque j’ai touché mes premiers dividendes GDF Suez en fin d’année 2010, plus de 30% m’ont été débité à la source ! 19% de prélèvement forfaitaire libératoire + 12,1% (en 2010) de prélèvements sociaux. Ca tue la rentabilité !

Dans le cadre d’un PEA, les dividendes réinvestis ne sont pas imposés immédiatement comme sur le compte-titres. Ils le seront indirectement lors d’un retrait, avec la plus value globale du PEA.

Il faut donc conserver ce PEA plus de 5 ans, pour être exonéré d’impôt sur les plus values (il n’y aura plus que les prélèvements sociaux, de12,3% à présent) mais ce n’est pas une contrainte étant donné mon approche d’investissement, plutôt orientée moyen / long terme.

Avec le PEA, je toucherai donc la totalité des dividendes, davantage donc à réinvestir, et au final, à partir de 5 années d’ancienneté, une fiscalité bien plus légère.


Pourquoi changer de courtier ?

Je me suis donc reposé la question du choix du courtier pour ce nouveau PEA. Fortuneo avait été mon 1er choix pour le compte-titres, pour 2 raisons principales :

  • Des frais de courtage faibles pour mon profil peu actif / petits ordres
  • Et surtout la simplicité de regrouper mes comptes dans la même banque, puisque j’y possède déjà notamment une assurance vie et un compte courant.
Mais je n’ai pas vraiment apprécié le doublement des frais de courtage imposé par Fortuneo depuis le 1er février sur les petits ordres !

Alors j’ai décidé de me tourner vers ma 2ème option, Binck.fr, qui continue de proposer des frais de courtage limités à 2,5€ pour un ordre inférieur à 1000€. Comme j’ai pu l’évoquer dans cet article comparatif, je pense que Binck.fr est aujourd’hui le meilleur choix pour un petit porteur comme moi, un investisseur peu actif (< quelques opérations par mois) et dont les montants des ordres sont limités. (< quelques milliers d’euros voir inférieur à 1000€).

Je précise tout de même, que si je fais jouer la concurrence, c’est uniquement pour minimiser les frais, pour le reste, j’étais très satisfait du service de Fortuneo, avec notamment des ordres toujours passés quasiment immédiatement, et une interface d’utilisation très ergonomique. Mais une offre bourse qui n’est plus aujourd’hui optimisée pour mon profil.

En pratique, j’ai donc revendu toutes mes lignes le 31 janvier (frais de courtage Fortuneo pas encore doublés à cette date !) et j’ai envoyé un recommandé à Fortuneo pour clôturer mon compte-titres.

J’ai hésité à le conserver ouvert, dans l’optique d’acheter quelques titres de sociétés américaines notamment (continuer à jouer quelques coups sur des biotech…). Mais je n’ai pas assez d’argent disponible actuellement pour bien me diversifier. Hors chaque mois d’inactivité sur le compte-titres est facturé 5,95€… je préfère donc le fermer pour le moment, me focaliser sur le PEA. Aucun intérêt de prendre date avec un compte-titres, on ne bénéficie pas d’avantages fiscaux au bout d’un certain temps comme pour le PEA. J’en ouvrirai donc un autre en cas de besoin.


Je craignais un peu la difficulté de clôturer ce compte chez Fortuneo. Quelques témoignages sur des forums font état de multiples relances nécessaires…

Pour ma part, aucun problème, la clôture a été effective dans les 2 jours suivant la réception de mon recommandé ! Peut-être aussi parce que j’ai d’autres comptes chez eux…Un autre bon point pour Fortuneo !


En conclusion

Mon PEA chez Binck.fr est donc à présent ouvert, et je suis entrain de reconstituer mon portefeuille, l’occasion de corriger quelques erreurs et de tirer profit de l’expérience acquise lors de ces 8 premiers mois d’investissement en bourse.

Je pense qu’il valait mieux que je change mon fusil d’épaule avant de m’enfoncer trop loin avec le compte-titres et la très lourde imposition de ses dividendes.


Le point sur mon portefeuille actuel dans un prochain article !
Pensez-vous que j'ai eu raison de repartir sur ces nouvelles bases ?





Sur le même thème :

10 commentaires:

Anonyme a dit…

oui je pense que vous avez raison, j'ai également fermé mon compte titres Fortuneo récemment pour diverses raisons: doublement des tarifs petits ordres, problèmes techniques récurrents (mauvaise actualisation valorisation portefeuille, temps réel down, problèmes d'accès..etc)

Anonyme a dit…

Oui, je confirme Fortuneo est dépassé maintenant
car trop cher, problèmes techniques assez fréquents et le sav n'est pas très réactif!
on a la forte impression qu'ils sont dépassés par les événements.
Etant niçois, je m'étais rendu à leur agence: ils ne sont pas très accueillants, pas très professionnel pour un courtier ( ils ne sont pas capables de délivrer des informations précises
sur des produits qui ne sont pas si sophisitiqués que cela. la seule chose qui n'est pas trop mauvaise est leur assurance-vie qui tient la route. Le reste laisse plus qu'à désirer! ( vu le sav, je n'ose même pas prendre de carte bancaire chez eux qui est pourtant gratuite , ils me font peur!!
conclusion: assurance vie en €
et offre ponctuel du type superlivret à 5% c'est tout!
choukrov

Anonyme a dit…

Méfiez vous de Fortuneo, car ils ne sont pas sérieux, pas très compétitif sur le courtage, problèmes réguliers sur l'accès de leur site.
Boursedirect ou Binck.fr c'est déjà nettement
plus sérieux! et beaucoup plus sympa!
Je vous parle de mon vécu personnel!

Olivier a dit…

@Merci pour vos retours d'expériences, très similaires ! Personnellement, j'aurais tendance à relativiser un peu, comme évoqué, je n'ai pas recontré de problème d'accès au site ou autre, mon seul critère a été les frais de courtage. Le service client Fortuneo m'a toujours dépanné (pour le compte courant ou l'assurance vie, je n'avais eu besoin d'appeler pour mon compte-titres je précise), mais rien à voir tout de même avec celui de Binck.fr, sans répondeur, chez qui on a de suite affaire à une vraie personne ! merci à vous

Joel a dit…

Je te donnes raison à 100%, construis ta stratégie, apprends de tes erreurs et protège ton capital contre taxes et impôts (tu as déjà payé des impôts et des taxes pour l'argent que tu as accumulé à des fins de placement).

Je suis fan de binck, pour sa souplesse et sa simplicité. Et repartir à zéro t'as sûrement permis de te débarrasser des positions perdantes "qui remonterais peut-être un jour" et des positions gagnantes "qui continueraient de monter"

Julien a dit…

Le doublement des frais de courtage j'ai l'impression que ça va leur faire perdre beaucoup de client. J'avais prévu d'aller chez eux mais comme toi j'ai finalement choisi Binck. A la lecture de ton article je me dis que je fais le bon choix.

Guillaume a dit…

Si je peux me permettre tu aurais pu faire quelques économies sur les dividendes versés.
Par habitude, on choisit le prelevement forfaitaire liberatoire (PFL).
Or, il existe une fiscalité à part pour les dividendes.
Avec d'abord un abattement de 40%, puis un abattement de 1525€. Grosso modo en touchant moins de 4000€ de dividendes, ceux ci sont totalement exonérés d'impot (hors 12,3% de prélévements sociaux evidemment)

Tu aurais pu donc economiser 19% de tes dividendes.
Guillaume

yannou a dit…

exact, d'où l'intérêt de faire de la moins valu quand un coupon exceptionnel est annoncé. On achète avant le détachement du coupon, on revend après. le prix étant de suite corrigé, on fait de la moins valu (pour compenser des plus valus par ailleurs), mais l'opération hors frais de courtage est blanche.

Olivier a dit…

@Guillaume, oui c'est vrai je te remercie, c'est une des actions que je me suis noté, vérifier que le prélèvement forfaitaire libératoire, bien pratique pour faire simple au début, est bien le meilleur choix pour mes différents placements ! Pas pour ce cas précis des dividendes sur compte-titres! merci à bientôt

preparerlavenir a dit…

Je vais tester Binck rapidement, étant assez déçu de Fortuneo.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...