jeudi 10 février 2011

Rechercher un bien immobilier : grande enseigne nationale ou petite agence locale ?

Fin 2010, plus d’un an après avoir acheté mon studio en guise de placement locatif, j’ai été recontacté par une agence qui avait peut-être trouvé quelquechose qui pourrait me convenir….Il s’agissait d’une grande enseigne qui enfin se rappelait à mes bons souvenirs !

Ca m’a donné l’idée de faire le bilan de ma recherche d’appartement en 2009, quelle avait été la voie la plus efficace,  quel type d'agences immobilières avait répondu au mieux à mes attentes.  Et plus particulièrement, y avait-il une différence entre les grandes enseignes nationales et les petites agences locales.

Sur la tableau suivant, j’ai résumé 2 caractéristiques :

  • Parmi les biens que l’on m’a proposé à la visite, combien correspondaient aux critères que j’avais fourni (budget, emplacement, type de bien, ampleur des travaux…)
  • Et les agences m’ont-elles tenues informées par la suite d’éventuelles nouvelles rentrées d’appartement ?

Pour les grandes enseignes nationales, seulement 2 appartements sur 6 visités répondaient à mes attentes. En clair, on essayait déjà en priorité de me montrer soit des biens qu’ils avaient sur les bras depuis des mois, soit des biens hors budget, très intéressant certes, mais trop cher dans l’optique d’un investissement locatif rentable.

Du coté des agences locales, les visites ont été nettement mieux ciblées, 5 sur 6 étaient en ligne avec mes critères.

C’est également un problème que j’ai rencontré lors de la recherche de ma maison, une agence d'un réseau national m’en a fait visité plus d’une dizaine (hors budget pour la plupart ou invendable), avant enfin daigner me faire visiter des maisons plus récemment mises en vente, plus en ligne avec mes souhaits. Alors que l’agence indépendante locale ne m’en a proposé qu’une, dès le premier rendez-vous et ce fut la bonne !

Concernant le suivi du client, après les premières visites, 2 agences locales m’ont recontacté dans les semaines suivantes, alors que la seule enseigne nationale dont j’ai eu des nouvelles l’a donc fait plus d’un an après….

Donc déjà 2 bons points pour les petites enseignes !

Un autre raté qui va dans le même sens concerne un appartement que j’aurais vraiment aimé visiter: un petit F2 mis en vente loué, à un prix très correct et négociable, plein centre ville, avec quasiment pas de travaux. Sur le papier, une très bonne affaire. Sauf que l’agent immobilier de ma grande enseigne nationale 3, qui m’avait présenté cette opportunité en agence, n’a jamais réussi à m’obtenir une visite ! La locataire était injoignable parait-il ! j’ai relancé pendant près de 3 semaines, puis j’ai laissé tombé…

Enfin, de manière générale, l’accueil réservé dans les petites agences est nettement meilleur. Les personnes sont disponibles, ou en tout cas se montrent arrangeantes pour organiser des visites le midi ou le soir tard. Ils s’adaptent au client et non l’inverse !

C’est donc finalement par l’une de ces petites agences que j’ai trouvé mon bonheur ! le gérant partait faire des photos d’un bien qu’il venait de rentrer, il m’a emmené avec lui, on a découvert les lieux ensemble et j’ai dit oui !

Donc vous l’aurez compris, de part ma petite expérience, je pense qu’il ne faut surtout pas négliger les petites enseignes locales au profit des grands réseaux nationaux qui tendent à dominer le marché.


Remarque supplémentaire : lors de mes 2 achats immobiliers, au travers d’une petite agence, les 2 ont consenti à une réduction significative de leurs honoraires, environ 15% à chaque fois…les gros acceptent-ils de faire de même ?

Et bien sûr, il ne faut généraliser, il y a du bon et du mauvais partout, ça dépend également beaucoup des personnes auxquelles on a affaire...

Avez-vous eu affaire aux mêmes types de comportement et en arrivez vous à la même conclusion que moi ? Ou avez-vous au contraire préféré traiter avec les grandes enseignes ?


Sur le même thème:

9 commentaires:

Seb F. a dit…

Article très intéressant !
Pour ma part (et pour l'acquisition de ma résidence principale), après quelques visites organisées par des "gros", je me suis rendu à la même conclusion que toi, peu ou prou : inadéquation quasi totale avec mes critères, et souvent hors budget de toutes façons... Donc j'ai remonté les manches et fait ma propre "veille internet"... à l'aide de simple alertes mails / rss sur des recherches dans les sites d'annonces, j'ai trouvé en moins de deux semaines le bien que je souhaitais (et que j'ai acheté)... Après je ne sais pas dans quelle mesure cela peut être applicable pour une recherche en investissement locatif ;-)

cat06 a dit…

Idem pour moi.
Lors de l'achat de notre habitation l'an passé, les agences de réseaux nationaux nous ont fais visité soit ce que nous cherchions mais plus cher, soit les invendables en stock depuis des mois ( vous avez un beau budget mais vous savez ici c'est cher donc il y aura forcément des défauts...).

Finalement, à force d'en parler, on a trouvé par le bouche à oreille.

CQFD

Olivier a dit…

SebF,cat06, merci de vos retours, c'est consistant, on a tous les mêmes expériences !

John a dit…

Pour parler de mon expérience de la vente d'un bien locatif, je l'ai confié à un "spécialiste" qui ne devait mettre que quelques semaines à vendre le bien. J'ai du le contacter régulièrement pour avoir des nouvelles. Au bout de 3 mois, devant son échec je suis repassé prendre les clés. J'ai mis une annonce sur "le bon coin". J'avais décidé de faire une annonce très objective et très précise. Dès que des gens m'envoyaient un message à son sujet, je leur adressai un lien avec une trentaine de photos. Tout cela pour éviter les visites qui ne correspondaient pas au besoin des acheteurs potentiels. J'ai eu une dizaine de visites et le bien a été vendu en 2 mois. Dans l'intervalle, j'ai été contacté par mail ou téléphone (y compris le téléphone de mon domicile qui ne figurait pourtant pas dans l'annonce) par 5 ou 6 agences. Ma conclusion : quand on a le temps, sans intermédiaire, c'est vraiment mieux et je ne détaillerai pas, mais c'est pareil pour l'achat d'un investissement locatif, la gestion des biens immo, y compris à distance ...

Olivier a dit…

Entièrement d'accord avec toi John, éviter les intermédiaires à chaque fois que c'est possible !

Herblain a dit…

Expérience un peu différente : j'ai mis en vente une propriété rurale (vieille grande ferme à 80 km de Paris) dans 3 agences locales, plusieurs mois sont passés, il y avait des visites, mais par des gens qui en fait n'avaient pas les moyens et pensaient faire baisser le bien de 20 à 30%. Finalement, je l'ai mise en vente dans une agence de prestige en plein Paris, en deux semaines le bien s'est vendu, sans un centime de négociation.

Le Bon Agent - Réseau de mandataires a dit…

Je pense que les deux types d'agences immobilière possèdent tout deux leurs caractéristiques et leurs avantages. Les grandes agence possède une force et de l'expérience. Les petites agences locales auront elles une approche de proximité que certains préfèrerons.

Le Bon Agent-Réseau de mandataires immobiliers
http://www.lebonagent.fr/auditeurs

patrice de optimiser son budget a dit…

Bonjour, l'important est je pense d'avoir des contacts de confiance qui peuvent aussi vous proposer des biens à la vente qui ne sont pas encore à la publicité.

Attentifimmo a dit…

Le mieux est clairement de trouver le bonheur, alors que soit une grande enseigne nationale, ou une petite agence locale. De mon point de vue.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...