samedi 10 mai 2014

Les différences fondamentales entre un PEA et un compte titres ordinaire

Cet article invité a été rédigé par Alexandre du blog “la bourse à long terme”, qui partage son expérience de l’investissement boursier et de la gestion de portefeuille. 


Actuellement, je possède un compte titres ordinaire que j’utilise pour acheter des titres sur le marché du Nasdaq et sur celui du Dow Jones. Si j’ai ouvert ce compte, c’est uniquement pour me familiariser à une approche fondamentale de la Bourse, à investir dans la valeur. En effet, ma spécialité est l’analyse graphique sur une unité de temps hebdomadaire pour un investissement à moyen/long terme. Pour appliquer cette technique, j’ai ouvert un PEA (Plan d’Epargne en Actions) en avril 2012 à l’occasion de la naissance de mon blog. Dans ce compte, je centralise mes achats sur les valeurs de l’indice cac40. Mon capital boursier est beaucoup plus important dans le PEA, car ce support financier offre encore des avantages fiscaux intéressants tant sur les plus-values que sur les dividendes.



Principales caractéristiques du PEA 

Le PEA est une simple enveloppe fiscale dans laquelle peuvent être logées des actions françaises et européennes ainsi que des parts d’OPCVM . Ce support financier permet de percevoir des dividendes et de réaliser des plus-values sans payer d’impôts (à l’exception des prélèvements sociaux). Les caractéristiques du PEA sont les suivantes :
  • 1 PEA maximum par personne et il ne peut être supérieur à 2 dans un même foyer fiscal.
  • Toutes les opérations doivent être payées au comptant, ce qui implique que la vente à découvert et l’effet de levier ne sont pas autorisés.
  • Si l’investisseur souhaite effectuer un retrait total ou partiel sur son PEA avant 8 ans, alors cela entraîne obligatoirement la clôture du PEA et la vente de la totalité des valeurs.
  • Le détenteur doit être fiscalement domicilié en France.
  • La possibilité de transformer le PEA en rente viagère non fiscalisée
  • Après 8 ans, le retrait n’entraine pas de clôture, mais entraine l’impossibilité d'alimenter le PEA avec de nouvelles espèces par la suite.
  • Plafond de 150000€ (relevé depuis le 1er janvier 2014, 132000€ auparavant) pour un célibataire et le double pour un couple marié.
  • Le PEA permet d’acquérir la plupart des actions de la bourse de Paris et des bourses européennes. Il convient de voir si votre achat est éligible au PEA en allant le vérifier ici par exemple sur le site de votre courtier:

Le PEA est un havre fiscal dès 5 ans après l’ouverture

Exemple avec une cession entrainant une plus-value de 10 000,00€ sur le PEA :



Les principales caractéristiques du compte titres ordinaire

Sur ce compte, vous pouvez faire ce que vous voulez. Vous achetez et vendez des actions ou des obligations. Vous pouvez même mettre des produits plus complexes comme les options, les warrants, les trackers et achetez n’importe quelle SICAV ou FCP (Fonds commun de placement) monétaires.
  • Ouverture de comptes illimités
  • Aucune limite de montant dans son portefeuille
  • On peut tout acheter dans un compte titres ordinaire
  • Aucune restriction pour un quelconque retrait
  • Pas de question de “prendre date”, c'est-à-dire d’ouvrir un compte tôt pour profiter d’avantages fiscaux plusieurs années plus tard.

Bref, le compte titres ordinaire, c’est la liberté absolue.
Par contre, la fiscalité est la bête noire du compte titres ordinaire (CTO)

Exemple de cession entrainant une plus-value de 10 000,00€ sur le compte titres ordinaire :

Les dividendes et la fiscalité


Ce sujet est délicat et je ne suis pas juriste. Il est difficile d’y retrouver ses petits. Le formulaire 2047 et sa notice vous donnent une idée de la difficulté à y comprendre quelque chose. S’il y a un sujet qui est susceptible de contenir des erreurs, c’est bien celui-là, d’autant que la législation est instable, en fonction des changements d’imposition dans le pays d’origine et des accords fiscaux avec la France. Une chose est sûre, là encore si vous souhaitez bénéficier d’avantages fiscaux, il faut orienter vos investissements dans un PEA.



Que faut-il choisir ? PEA ou Compte-titres ?

Sur un compte titres ordinaire, on est fortement imposé sur tous les gains boursiers, dividendes et plus-values, mais il possède l’énorme avantage de pouvoir acheter tous les produits financiers sans exception et de bien diversifier son portefeuille. Contrairement au PEA, Il n’existe aucune limitation géographique.

Avec un PEA, les gains en Bourse ne sont soumis à aucun impôt, à l’exception des prélèvements sociaux. Cependant, l’argent doit être bloqué au moins pendant 5 ans pour que le titulaire puisse bénéficier des avantages fiscaux. Le PEA est donc particulièrement adapté pour les investisseurs à moyen et long terme.

Conclusion : il est conseillé d’avoir à la fois un compte titres ordinaire et un PEA. Cependant, je recommande à un débutant qui souhaite investir en bourse de commencer à ouvrir un PEA et le plus rapidement possible. Même s’il n’envisage pas d’investir dans les semaines ou les mois à venir, au moins il aura pris date pour investir plus tard.


Et vous, êtes-vous plus sensible à la souplesse du compte titres ordinaire ? Et croyez-vous que le gouvernement augmentera encore la fiscalité de ces 2 supports financiers, en s'attaquant notamment à la niche fiscale du PEA ?

http://binck.solution.weborama.fr/fcgi-bin/performance.fcgi?ID=403309&A=1&L=477958&C=18330&f=13&P=35463&T=E&URL


Sur le même thème : 

9 commentaires:

Marc de Mieux Gérer Son Argent a dit…

Salut Alexandre et Oivier,

Très bon résumé et analyse des 2 types de comptes que l'on trouve pour investir en bourse.

Dans mes articles je conseille à mes lecteurs le compte titre pour les bourses étrangères et le PEA pour les actions Françaises et Européennes.
L'enveloppe fiscale du PEA est un véritable atout si on le conserve quelques années.

Sinon le Compte Titre n'est pas dépourvu d'intérêts dès qu'on sort du champ des actions ou bien pour certaines stratégies d'investissement particulières.

A voir comme le gouvernement a fait machine arrière sur des réformes pour l'assurance vie, le PEL et le PEA pour les prélèvements sociaux notamment je pense qu'on est tranquille pendant un petit moment.

Marc.

Sovanna Sek a dit…

Bonsoir,

Au delà de l'aspect fiscal, le problème majeur du PEA est le timing au niveau de l'achat d'une valeur. Celui qui a investi au sommet de la bulle technologique ou des subprimes se retrouve bloqué. Du coup, il doit prendre une décision à double tranchant : attendre huit ans pour des jours meilleurs ou se retirer de la foule en renonçant à sa carotte fiscale. Le cas est certes extrême mais on ne peut pas l'écarter.

Avec le compte-titres, nous avons élargir nos possibilités d'investissement en particulier sur le marché nord-américains malgré le taux de change.

Cordialement,

Sovanna SEK, auteur du blog GenY Finances.

http://geny-finances.blogspot.com/

Gwen de moins-cest-mieux.com a dit…

Salut à tous,
perso, j'ai fait l'inverse en ouvrant d'abord le compte-titre: en effet, ma première question, en aval de toute stratégie d'investissement est de savoir si ce support, au sens ultra large c'est a dire "la bourse", me convient. Je préfère jouer un peu pour me faire une idée précise quitte à perdre un peu d'argent.
Par contre, une fois l'idée d'investir en bourse actée, j'abonde entièrement dans votre sens.

Guilhem d'étudiant investir a dit…

Bonjour à tous,

personnellement, j'ai un compte-titre pour plusieurs raisons dont la principale est l'utilisation du SRD et de la vente à découvert. Dans les périodes baissières, il est évident que le PEA à moins d'intérêt, car on ne peut pas "jouer" les cours à la baisse.

C'est très pénalisant à terme en terme de rentabilité.

La seconde je dirais que c'est l'utilité de certains produits comme les turbos qui peuvent être joués parfois dans des optiques très court terme afin de booster la performance du portefeuille.

Mais il est évident que sur des placements long terme, le PEA garde tout son intérêt (fiscalement parlant).

Alex de la bourse à LT a dit…

Bonjour Guilhem,

Même avec un PEA, tu peux profiter d'un marché baissier. Il suffit d'acheter les trackers dont je parle dans cet article et qui n'ont aucun effet de levier.
http://laboursealongterme.com/investir-sur-un-marche-baissier/

J'apprends L'argent a dit…

Bonjour tout le monde !

Je pense que le PEA est peut-être plus adapté aux débutants dans l'investissement boursier et ses avantages fiscaux sont loin d'être négligeables.

On devrait nous enseigner à l'école dès nos 18 ans, d'ouvrir un PEA même sans faire de dépôt mais pour dater et profiter de l'enveloppe fiscal plus rapidement.

En tout cas l'un et l'autre ont tous les deux des avantages et des inconvénients.

Pour ma part, j'ai opté pour un PEA ;)

Au plaisir,

Adam

Etienne a dit…

Cela dépend, comme souvent de votre stratégie et de ce que vous en faisez.

Personnellement, je préfère avoir une action US qui a fait X 3 dans un CTO qu'une française qui fait +20% dans un PEA.
Dans ce cas là, je serai heureux de payer des impôts.

Un détail, en termes de fiscalité, qui a son importance. Dans le cadre du CTO, vous pouvez bénéficier d'un dispositif pour récupérer la taxation à la source...et pas dans le cadre du PEA.
Cela n'a aucune incidence pour les valeurs françaises mais pour peu que l'on s'intéresse à un univers plus large c'est fondamental.
En effet, quand vous touchez un dividende européen, il est imposé à la source par l'Etat d'origine de la société. Dans le cadre d'un CTO, vous bénéficiez d'un crédit d'impôt qui compense cela, pas dans le PEA.
Par exemple, et c'est très concret, j'ai perçu il y a peu un dividende d'une société portugaise que j'ai en portefeuille.
Ce dividende a été taxé à 35% par l'Etat portugais. Dans le cadre d'un CTO, j'aurais pu bénéficier d'un crédit d'impôt compensant ce prélèvement.
Dans le PEA, c'est une "perte" sèche.

Il faut donc savoir où on met les pieds avant d'investir.

Etienne a dit…

J'ajouterai également que :
- vous pouvez déduire les moins-values des plus-values dans le CTO, pas dans le PEA.
- je ne sais pas trop d'où sort le chiffre de 22,5% mais les plus-values sont imposées au barème de l'IR dans le cadre du CTO

Xola29 a dit…

Très bon article ! Il y a par contre dans le PEA beaucoup moins de titres financiers disponibles à l'achat, en tout cas d'après ce que j'ai remarqué. Etre bloqué pendant 5 ans n'et pas une chose facile, surtout en période conjoncturelle.
Je pencherais plutôt pour le compte titre dans ce cas malgré la fiscalité moins avantageuse.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...