mercredi 17 septembre 2014

Premiers pas en tant qu’autoentrepreneur, une nouvelle source de revenus ?

Dans le dernier article sur mon indépendance financière, dans lequel je parlais notamment de mes diverses sources de revenus supplémentaires, j’ai évoqué un nouveau projet, la création d’une micro-entreprise.

Je vais vous en parler un peu plus ici..

Grâce à Madame Duflot, mon 2ème investissement immobilier n’interfère pas pour le moment avec ce nouveau projet… en effet, je n’ai toujours pas pu signer le compromis de vente ! La nouvelle loi Alur impose désormais au propriétaire vendeur de recueillir tout un tas de documentation, sur la copropriété notamment, avant de pouvoir effectuer la signature de ce compromis de vente…Et ça prend du temps…il est d’ailleurs estimé qu’il faut à présent compter un mois de plus au minimum pour tout achat immobilier !

J’ai donc pu me focaliser sur mon (notre devrais-je dire) nouveau projet ces dernières semaines.

En effet, l’idée est née du blog lancé avec ma femme sur l’alimentation sans gluten. Un thème très à la mode, notamment avec pas mal de régimes sans gluten, mais qui concerne surtout de plus en plus de personnes sensibles, ou intolérantes au gluten et c’est le cas de ma femme depuis 2 ans.

Le problème est qu’en France, pour se nourrir sans gluten, le choix de produits est encore très limité, comparativement à certains pays comme les Etats-Unis. Il y a quelques mois, ma femme s’est rendue aux US, et sa valise a été bien trop petite pour ramener tout ce qu’elle aurait aimé gouter ! et ce que j’ai pu tester n’a en effet pas d’équivalent en France.

Du coup, elle s’est mise en tête, d’importer certains produits sans gluten ! pour elle d’abord, mais évidemment aussi dans le but d’en faire un petit commerce.



Une activité en tant qu’autoentrepreneur 

Première étape, officialiser cette création d’entreprise.


Il ne s’agit pour le moment que d’un essai, avec un investissement de départ faible. On pourrait aussi passer 6 mois à faire toute une étude marché, etc…mais tester concrètement la réaction de clients potentiels a tout autant de valeur pour moi. 

Le statut d’autoentrepreneur est parfait pour tester une idée, ça n’engage à rien pour le moment, facile à démarrer, facile à arrêter.

L’inscription s’est faite directement en ligne, en quelques minutes, gratuitement depuis le portail de l’autoentrepreneur.

1 semaine plus tard, elle recevait son numéro SIRET de société.


La micro-entreprise


La définition générale de l’entreprise est de la vente de détail de produits sans gluten, essentiellement via Internet, mais pas seulement. La vente par Internet a été déclaré comme activité principale, ce qui n’empêche pas de réaliser une part de chiffre d’affaire autrement.

En effet, 2 connaissances seraient intéressées par la distribution de ces produits, une chambre et table d’hôte, et un magasin de restauration rapide de produits maisons.

Ceci dit, pour débuter et juger de l’intérêt (ou non !) des gens, l’idée est bien sûr de s’appuyer sur le blog créé il y a bientôt un an, et sur ses abonnés, bientôt 400 personnes. On ne part donc pas totalement de zéro…

Je travaille donc à la finalisation d’une page de vente, qui sera directement incluse dans le blog, suffisant pour tester le concept.

Évidemment, dans un 2ème temps, si ça accroche, on envisagerait un site de e-commerce (avec une solution type prestashop par exemple).



Les contraintes

Elle sont assez limitées pour le moment :

Déclarer son chiffre d’affaire une fois par trimestre, un chiffre d’affaire qui sera bien sûr imposé. (15,1% à priori)

Tout se fait également sur le portail de l’autoentrepreneur, à partir de son numéro SIRET. Pas de déclaration papier !

Autre obligation, tenir un livre de comptes, listant les achats et les ventes. Un fichier Excel fera très bien l’affaire.



Les premiers produits


Ma femme souhaitait se focaliser d’abord sur un produit impossible à trouver en France dont elle raffole, un muesli sans gluten fabriqué par une entreprise américaine, dans le Connecticut !

Elle a donc pris contact directement avec le fabriquant américain qui lui a donné les coordonnées de son distributeur pour l’Europe, basé en Angleterre., un distributeur qui n’a jamais expédié en France.

Afin de pouvoir traiter avec ce fournisseur, qu’il puisse établir une facture et organiser une livraison, il fallait lui communiquer le numéro de TVA intracommunautaire de notre micro-entreprise.

Rien de plus simple obtenir, simplement se rendre au Service des Impôts des Entreprises (SIE) avec sa déclaration d’entreprise (son numéro SIRET) et on vous le fourni immédiatement. (FR 00 + les 9 premiers chiffres de son numéro SIRET…)

Une première commande a ainsi pu être passée (déjà livrée d’ailleurs) pour environ 300€ de stock pour débuter…au pire, si ça ne se vends pas, ma femme aura un an de petit déjeuner devant elle !

Evidemment, on a commencé à monter un modèle de coût : prix d’achat, prix de vente, frais divers (importation, paiement paypal, emballage, expédition, imposition…)…

Devrait rester un bénéfice de 15 à 20% du chiffre d’affaire au final ?

Sachant que bien sûr des économies d’échelles seront possibles en augmentant les quantités.

Cependant il reste beaucoup d’hypothèses à valider. C’est ce qui rend le projet assez excitant ;-), avec cette expérimentation à petite échelle !

Et on a déjà bien sûr pas mal d’idée de développement possible, avec d’autres produits en tête, à commencer par ceux du même fournisseur que le muesli. Je pense en particulier à des barres de céréales sans gluten…

Je serai aux Etats-Unis la semaine prochaine, je vais en acheter quelques paquets pour déjà y gouter, mais aussi pour en glisser dans les colis de nos premiers clients en guise de petit cadeau…

C’est toujours bien vu, et ça facilitera le lancement de ce 2ème type de produit !


Je vous tiens au courant dans quelques semaines à l’occasion de la première déclaration de chiffre d’affaire ! L’occasion d’un premier bilan…



Sur le même thème :

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Vous tenez ici un marché de niche. Pourquoi l'exposez d'une telle facon ici
Vous donnez beaucoup d'élément pour qu'un competiteur vienne vous concurrencer. Je trouve votre démarche très honnête, mais ne soyez pas trop naif quand même... c'est juste un simple point de vue Bien a vous

investir-a-la-bourse com a dit…

Très intéressant votre idée,

Le marché est là, ne reste plus qu'à l'exploiter au max.

Bonne chance dans vos projets!!!

Martin
www.investir-a-la-bourse.com

David a dit…

Une question : a votre avis, est ce que l'alimentation sans gluten est une mode passagère ou durable?
Ça change aussi l'approche financière dans ce cas!

Olivier a dit…

@Anonyme, c’est vrai…ceci dit, on est loin d’être les premiers sur la niche qui n’en n’ai plus vraiment une d’ailleurs, et surtout, de par ma petite expérience, j’ai tendance à penser que ce qui compte le plus bien souvent, ce n’est pas l’idée, mais l’exécution. Je travaille en recherche et développement, être le premier, protéger ses idées par des brevets, ça aide, un peu au début, mais ce n’est vraiment pas suffisant ;-) Merci, à bientôt !

@David, honnêtement, je pense que le problème d’intolérance concerne beaucoup plus de monde que je n’aurai imaginé…et beaucoup le sont sans (encore) le savoir. (Problèmes de migraine, d’acné, de mal de ventre…). Il y a un effet de mode lié à quelques people, cet aspect passera, mais le problème de fond va perdurer et si j’en crois ce que j’ai pu lire pourrait s’amplifier…Et quand on devient sensible ou intolérant au gluten, c’est à vie ! bonne soirée

Ludovic a dit…

Hello, visiblement, le statut d'autoentrepreneur n'est pas compatible avec le statut LMNP au réel simplifié... Eh oui, la vie est dure... ;)

Olivier a dit…

@Ludovic, oui je sais...c'est bien pour cela que l'on n'est pas pacsé ;-) un numéro SIRET pour moi pour le LMNP au réel, et un autre pour elle en tant qu'autoentrepreneur...sans oublier une assurance décés pour se protéger mutuellement. Bonne journée

Guilhem@etudiant-investir a dit…

Salut !

Tout d'abord, j'avais suivi les débuts du blog ... et bien félicitation pour avoir lancé votre projet à deux !

Ca doit être une sensation plutôt agréable de pouvoir lancer même ne serait-ce qu'une micro-entreprise en couple :)

Bon courage en tous cas pour la suite (et bon courage avec l'administration ... ça va arriver ahah).

Emmanuel a dit…

Bonjour Olivier

Bravo pour ce nouveau projet !

Avez vous également pris en compte tout ce qui tourne autour de la gestion des stocks et appro si jamais le marché est là ? car j'imagine qu'il y a un peu de délais pour faire venir cela des US ?

A bientôt
Emmanuel

Olivier a dit…

@Emmanuel, évidemment la gestion des stocks,la logistique pourrait être un vrai problème, mais un bon problème si la demande est là. C'est la priorité à vérifier. Pour ce qui est de la première commande, le fournisseur est en Angleterre, la virement a été fait un jeudi soir, le mercredi suivant, on recevait le colis. On ne peut pas espérer mieux. A confirmer. A bientôt

Xolali a dit…

Salut Olivier,

Génial comme idée ! Il faut voir jusqu'où elle peut aller.
En tout cas je vous encourage vivement dans votre démarche.
J'attends de lire la suite des événements!

Marc @ Mieux Gérer son argent a dit…

Salut Olivier,

Bravo pour le lancement de cette nouvelle aventure !
C'est un très beau défi pour toi et ta moité, j'espère que vous pourrez trouver votre public.

Un point important a vérifié si le site tourne avec peu de commande est le temps passé par rapport au bénéfice.
Par exemple, si on passe 20h / semaine pour 100 € ça ne vaut peut être pas le coup.
En plus des objectifs de rentabilité, vas-tu également suivre cet indicateur ?

J'ai vu dans les commentaire qu'être auto-entrepreneur est avoir un statut LMNP ne sont pas compatible.
C'est vraiment dommage...
J'ai vu que toi tu es tranquille, mais pour les autres, les seules solutions sont soit de ne plus etre auto-entrepreneur soit de ne plus être en LMNP, il n'y a pas d'autres issues ?

A bientôt,
Marc.

Didier a dit…

@Marc

Le problème n'est pas entre LMNP et auto-entrepreneur mais plus large. Il n'est possible de n'avoir qu'une entreprise individuelle par foyer fiscal (l'auto-entrepreneur et le LMNP sont deux types d'EI) ainsi il n'est pas possible non plus de cumuler artisan (EI) et LMNP

Plusieurs solutions sont possibles. La première est de cumuler les activités sous la même EI comme par exemple exercer l'activité de loueur en meublé sous le régime de l'auto-entrepreneur (très peu intéressant car tu ne peux profiter de la déclaration sous le régime du réel)

Plus intéressant c'est de choisir un statut de société pour ton activité autre que le LMNP (la SASU et l'EURL sont deux formes sociétales unipersonnelles si tu veux créer une société seul) comme il ne s'agit pas d'une EI il n'y a pas d'interdiction de cumul avec une activité de LMNP

Anonyme a dit…

Et pour se protéger, le plus intéressant reste la pension de réversion qui n'est possible que par le mariage.
Il faut lui passer la bague au doigt ;-)

Alex a dit…

Perso, je pense que l'idée de monétiser la moindre activité, le moindre contenu, partenariats... me rendrait un peu malade.

Cela dit, depuis que j'ai bougé à Sydney (je suis senior dev), mon esprit d'entrepreneur s'épanoui, et je ne cesse de voir des opportunités.

Car au final j'entretiens probablement un rêve similaire d'indépendance budgétaire afin de controller au mieux mon temps, pour des activités lucratives ou non.

Et pour se faire je me consacre beaucoup à ma carrière afin de gagner en séniorité et ainsi prétendre à des salaires meilleurs. Je me consacre également à des verticals: enseignement, recrutement, conseil de startups... C'est de toute manière de l'expertise que je dois développer pour mes propres ambitions.

Sincèrement,
Alex

Michel de Trading-Attitude.com a dit…

Bonjour !

Avec un tel blog je ne me fais pas de soucis pour vous. L'immobilier c'est juste pour planquer les sous.

Il ne vous reste plus qu'à casser la baraque avec la bourse ! :-)

Stéphane de Courtier-Forex.net a dit…

Bonjour,

Juste quatre frais supplémentaires à anticiper pour le statut d'auto-entrepreneur
:
-LLa contribution à la formation professionnelle (de 0,25 à 0,35 %)
- Immatriculation au Répertoire des Métiers (RM) ou Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) obligatoire à partir du 1/01/2015
- Les frais de chambres consulaires
- La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises)

Mais bon, ça reste intéressant ...

A+

Stéphane

Maxime a dit…

A noter que la CFE n'est pas redevable de suite, mais l'année suivant la création du statut. Il est également possible de payer l'impôt sur le revenu en même temps que les charges sociales.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...