lundi 5 décembre 2011

L’effet boule de neige de mes investissements en bourse

Ou comment je vois grossir le capital placé sur mon PEA et les revenus passifs associés.

Il y a 3 raisons pour lesquelles j’apprécie l’investissement en bourse que je fais actuellement au travers de mon PEA Binck.

Investissement qui a pour but à terme de générer un revenu passif significatif, quelques milliers d’euros par an.

1_ Il s’agit d’un investissement que j’ai lancé avec comme apport personnel, uniquement de l’argent gagné au moyen de solutions alternatives à mon travail salarié : Reventes sur Ebay puis premiers revenus sur Internet.

Je respecte donc bien le conseil qui est d’investir en bourse uniquement de l’argent dont on n’a pas besoin à court terme. C’est bien le cas, ce sont des revenus supplémentaires.

Je n’ai donc également jamais ressenti de stress particulier lors des journées noires qu’a connues la bourse.


2_ J’ai ensuite continué et je vais continuer à alimenter régulièrement cet investissement avec la majeure partie de mes revenus alternatifs, au moins le temps que ça durera. Je n’ai pas l’assurance que ces revenus annexes soient tous pérennes, mais par contre je suis assez confiant aujourd’hui sur ma capacité à en trouver d’autres à l’avenir, c’est tout l’intérêt d’initier des petits business, de se lancer, d’autres idées arrivent très vite ensuite…

C’est donc une façon de réinvestir mes gains, de rendre les bénéfices acquis durables, et mieux encore de les exploiter.



3_ Enfin, l’approche « rendement » que j’ai choisi, investir dans des actions à haut dividendes. Des dividendes que je réinvesti de suite en nouvelles action. Et c’est le rendement des actions qui m’intéresse (ce qui inclut leur rendement dans la durée mais aussi leur capacité à augmenter ce rendement), pas le cours de bourse, je suis donc suffisamment détaché de la fluctuation des cours, sauf bien sûr pour profiter d’opportunités d’achats à bon compte (et donc à meilleur rendement !)



De plus en plus de dividendes année après année

Il s’agit donc d’un investissement en bourse serein, que je vois grossir tranquillement mais sûrement et régulièrement ! Par des versements supplémentaires de ma part et des versements de dividendes, attendus chaque année de plus en plus conséquents !

De plus en plus de dividendes perçus, plus de réinvestissement et donc plus d’actions achetées et donc encore plus de dividendes l’année suivante, etc…c’est l’effet boule de neige qui fait grossir le montant des revenus passifs, les dividendes.

Effet accentuée par mes versements progressifs de revenus alternatifs.


Avec donc également l’effet de voir grossir mon capital financier plus vite. Impacté bien sûr plus ou moins par les soubresauts de la bourse, mais une croissance lissée dans la durée. (Notamment grâce aux bénéfices de l’investissement progressif)


Voici mon effet boule de neige schématisé :

cliquez dessus pour grossir

Avec bien sûr aujourd’hui une incertitude sur le montant des revenus alternatifs que je pourrais investir dans les années à venir.

Par contre le montant minimal de mes dividendes 2012, 650€ est relativement acquis, davantage même si j’investis un peu avant le versement de ces premiers dividendes. (La plupart en mai 2012 pour mes titres).


Commencez le plus tôt possible !

Alors oui bien sûr, ce n'est pas non plus spectaculaire, ça prend du temps...

C'est tout le principe des intérêts composés, qui grossissent année après année, mais l'effet est exponentiel avec le temps, la boule de neige grossit de plus en plus vite !

Celui qui est suffisamment patient et persévérant sera récompensé et surtout, il faut commencer le plus tôt possible, le plus jeune possible !

Warren Buffet a acheté ses premières actions à 11 ans....
(pour info, le titre de sa biographie officielle : "l'effet boule de neige")


Sur le même thème :

17 commentaires:

Herve a dit…

Effectivement, la biogrpahie de Warren Buffet explique bien que très jeune il avait compris la puissance des intérêts composés dans le temps. Etant obsédé par l'argent dès son plus jeune age, il a trouve des tas de business qui lui ont permi de gagner de l'argent très tôt qu'il a pu placer. Si je me rappelle bien, il a rempli sa première déclaration d'impôts à 14 ans :)

Julien Arcin a dit…

J'ai pas tout compris, mais t'es sûr d'être gagnant quoi qu'il arrive ? Et si on tombe en récession ça marche toujours ?

Arnaud d'Avenir-plus-riche a dit…

Je me remets tout juste en bourse. je m'y étais investi (en 2000) sans méthode.
Ma manière de pratiquer sera très certainement liée aux rendements des actions.
Je compte garder des liquidités pour investir lors des crises (achat à bon compte.).

ThePress a dit…

Bonjour,

La stratégie est payante à long terme, à condition que la société continue de verser de bons dividendes. Malheureusement, nous ne sommes jamais à l'abri d'une "défaillance". Je pense par exemple à Veolia qui annonçait cette année un dividende à 1,23€ (13% de rendement) et qui finalement serait abaissé à 60 centimes. Mais bon, 6% de rendement, cela reste quand même toujours plus intéressant que le bon vieux livret A. Bonne journée à tous.

Pierre-antoine a dit…

J'ai suivi ta stratégie d'investissement et cela me semble être la bonne solution pour quelqu'un qui ne veut pas prendre trop de risque, qui ne veut pas être toujours aux aguets à la moindre chute boursière, qui souhaite retirer un bon rendement et ainsi des revenus complémentaires durables!
@Julien Arcin : la récession ne doit pas empêcher les sociétés dans lesquelles tu as investi de verser des dividendes. C'est pour cela que le choix de sociétés solides, qui versent des dividendes dans le temps et si possible des dividendes croissants est primordial.

Etienne a dit…

Imaginez un peu l'effet démultiplicateur avec des sociétés qui augmentent leur dividende régulièrement et de manière pérenne...

JP a dit…

Bonjour,

bravo pour le blog.
Sinon, qu'en est-il de la taxation des dividendes ? quel impact ?

Olivier a dit…

@Julien, investir en bourse quelquesoit la manière présente toujours une part de risque. Ceci dit, je rejoins la réponse de Pierre-Antoine, le choix des sociétés est important. Aujourd’hui les groupes du CAC40 par exemple sont des multinationales, qui réalisent leur chiffre d’affaire partout dans le monde. Par exemple, j’ai du Vivendi, c’est SFR, mais aussi le 2ème opérateur téléphonique du Brésil (GVT), un pays en forte croissance. La France tombera peut-être en récession mais d’autres pays probablement pas ou moins en tout cas.
Je n’ai absolument aucune inquiétude sur le fait que ces grands groupes continueront à payer des dividendes. Je te renvois aussi à cet article : http://www.plus-riche-et-independant.com/2011/09/pourquoi-je-ne-crois-pas-que-la-crise.html où j’avais regardé un peu l’historique des versements, avec notamment le passage de crise financière et éco de 2008 / 2009…aucun impact sur les dividendes !
Concernant les cours de bourse, la logique voudrait effectivement que ça baisse encore si on entre en période de récession avec moins de chiffre d’affaires. Etant en phase de création de mon portefeuille pour les 5, 10 ou 20 ans à venir, je suis plutôt preneur d’une période de quelques années de cours de bourse très bas. L’occasion encore une fois d’acheter à bon compte, à fort rendement. Et comme toujours ça remontera…tiens du coup j’ai fait un point ce soir, je suis de retour à l’équilibre avec un capital de 9000€ pour 9000€ investi…bonne soirée

Olivier a dit…

@Etienne, oui, ça c’est l’idéal, et effectivement c’est puissant. C’est ce que je regarde de plus en plus pour mes titres : c’est vrai pour Sanofi, Total…depuis déjà longtemps, GDF Suez et Vinci sur ces dernières années, avec peut-être un peu moins de recul.

@JP, merci beaucoup ! Sur un PEA, les dividendes sont versés sans imposition, tant qu’on ne touche pas son capital. Ils peuvent donc être réinvestis totalement. Au bout de 5 ans d’ancienneté du PEA, les plus-values ne sont plus imposées (exception faite des prélèvements sociaux à 13,5% à présent). Donc les dividendes seront traités à la sortie du PEA, comme des plus-values, seulement imposés à 13,5%.
Sur un compte titres, c’est un peu plus complexe, voici une source assez claire : http://www.lcl.com/fr/info-argent/comprendre-la-bourse/valeurs-mobilieres/fiscalite-dividendes/, mais en gros un couple marié peut percevoir jusque 5000€ de dividendes sans imposition (toujours exception faite des prélèvements sociaux à 13,5%)

JP a dit…

ok merci pour la réponse.

As-tu défini une stratégie précise. Je veux dire, si tu achètes un titre pour son rendement, comptes-tu le conserver coute que coute (krach boursier, etc...) en percevant toujours les dividendes, ou bien tu comptes faire des aller/retour en fonction des opportunités que tu estimes (tu penses que le CAC est trop haut, trop bas, etc...)

Comment réagiras-tu si demain le CAC prend +10% - vas-tu vendre toutes tes actions ? une partie ? ne rien vendre....

Places-tu des stop de protection ?

Credit Travaux a dit…

Plutôt pas mal comme stratégie.
Et on voit qu'en effet, ton principal allié, c'est le temps... As-tu, toi aussi, acheté tes premières actions à 11 ans?^^

Olivier a dit…

@JP, clairement ma position actuelle est de conserver. Je n’envisage de vendre un titre que si le rendement venait à baisser significativement, c’est-à-dire si une société venait à diminuer fortement son dividende (sauf s’il s’agit d’un événement bien particulier limité dans le temps, sur une année par exemple).
Le trading impose de suivre de très près les cours de bourse, je ne le souhaite pas et au delà de ça, ça ne me réussi pas du tout, pour le coup c’est de la loterie pour moi. Pour en revenir à d’autres articles, le bon market timing me semble réellement impossible. Donc ma ligne de conduite : investissement progressif, avec accentuation des achats en période de crack, conservation des titres (à vie peut-être…), et vente exceptionnelle si baisse importante et durable du dividende.
Voilà, bonne journée !

@crédit travaux, en fait…oui j’ai acheté mes premiers titres à 11 ans également (12 peut-être…je ne sais plus exactement). Une première expérience un peu moins convaincante que celle de Warren buffet, avec des actions Eurotunnel...dont je suis débarrassé 15 ans plus tard avec une magnifique perte !

Etienne a dit…

Pour rebondir sur la remarque de JP,

comment te comporterais-tu (as-tu envisagé ce genre de scénario?) si un de tes titres devenait trop cher?
nous sommes bien loin de cette hypothèse, mais que ferais-tu si Vinci affichait un PER de15?

Olivier a dit…

Salut Etienne, merci de me faire cogiter ce soir ;-) déjà en effet, pour le moment, c’est assez simple, depuis que je me suis mis plus sérieusement à la bourse en direct, je n’ai connu que plus ou moins la crise… tout était plutôt bon marché !

Donc si l’action commence à être surévaluée par rapport aux bénéfices de la société, on peut penser que le dividende n’aura pas augmenté aussi vite que le cours de bourse, donc que le rendement de nouveaux achats serait moindre.

Il y a donc des chances pour que je ne continue pas à investir régulièrement dans ce titre, que je privilégie ceux qui ont auront vu leur cours de bourse augmenter moins, en tout cas idéalement sur le même rythme que les dividendes.

Par contre, pour mes premiers titres Vinci achetés à un PER d’environ 9, est-ce que je les vendrais ?

La situation que tu décris serait par exemple si aujourd’hui j’ai 2000€ qui me rapportent 100€ de dividendes (rendement de 5%) et si un jour la valorisation de ces actions grimpe à 3000€ et rapporte 110€ (rendement de 3,7%).
Effectivement, on dispose alors d’un capital éventuel de 3000€, qui devient mal utilisé.

Donc oui peut-être que dans ce cas de figure je vends, mais pas avant d’avoir identifié une autre action sur laquelle réinvestir à 5% ou plus.

Ce qui n’est pas forcément évident, globalement pour reprendre ton exemple, si Vinci passe d’un PER 9 à 15, ce sera aussi le cas pour pas mal d’autres titres, je sais bien qu’ils ne sont pas tous corrélés mais les grandes tendances sont quand même bien présentes.

Et toi alors, comment tu répondrais à ta question ? je suis sûr que tu as un raisonnement bien précis derrière…
Merci à toi !

Guillaume de komment devenir riche a dit…

Ahh les fameux interêts composés :)

Exemple intéressant:

11€/mois sur 65 ans (à 10% de rendement) annuel
suffisent pour générer 1 000 000€ :)

Olivier a dit…

Guillaume, merci pour ton exemple chiffré assez frappant ! en théorie, on devrait tous finir millionnaire...si on avait appliqué de bonnes pratiques avec persévérance dès notre naissance! a bientôt !

Etienne a dit…

Olivier, je ne suis pas vraiment dans une optique de "loyers" réguliers par le biais des dividendes, mais pour ma part, j'ai un objectif cible (valeur intrinsèque) pour chacune des sociétés de mon portefeuille et je vendrais sans aucun scrupule et surtout sans biais psychologique (http://www.investisseurdebutant.com/ce-nest-quun-au-revoir).
Pour ce qui concerne, les valeurs "rendement" je n'ai pas une approche spécifique sur la valorisation du titre mais je suis l'évolution comparative entre prix et bénéfices.
Et je suis d'accord avec ton approche là-dessus Olivier.

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...