lundi 17 octobre 2011

Les bienfaits de l’investissement progressif en bourse

J’ai ouvert mon PEA en mars alors que le CAC40 était aux alentours des 3800 points, avec un investissement initial de 3500€.

Entre temps, la crise de la dette a fait chuter la bourse, et bien évidemment la valeur de mon portefeuille.

Mi-aout, j’ai touché le fond, avec une perte « virtuelle » de plus de 1500€, alors que j’avais tout de même déjà touché près de 200€ de dividendes.


Mais durant tous ces derniers mois, comme je l’ai évoqué à plusieurs reprises, ici notamment, j’ai investi progressivement (surement même un peu plus que ce que j’aurais fait si la bourse n’était pas en crise).

Depuis mon versement initial de 3500€, j’ai donc passé environ 40 ordres supplémentaires pour investir 5500€ de plus et réinvestir les dividendes, sur les 7 titres de mon PEA.
(A noter que je bénéficie toujours de frais de courtage gratuit chez Binck, donc 40 ordres passés avec 0 frais).



Je l’ai fait petit à petit, par montant de 500€ à 1000€, divisé à chaque fois en 2 ou 3 achats selon l’évolution des cours de mes titres, en essayant de me positionner sur ceux qui avaient le plus chuté.

Mi-août, il ne me restait donc plus que 7500€ sur les 9000€ investis.


Et puis la bourse s’est reprise courant Octobre, avec un certain nombre de séances de hausse qui ont ramené le CAC40 à plus de 3200 points.

Encore loin tout de même des 3800 points de mars et de mes premiers achats d’actions. Et pourtant le 14 Octobre, j’étais déjà revenu à seulement 40€ de l’équilibre !

Un portefeuille à présent d’une valeur de 8960€ !
Evolution de la valeur liquidative de mon PEA depuis son ouverture (valeur de la part : 100€)
Alors oui, ça inclut 250€ de dividendes, qui jouent bien ici leur rôle d’amortisseur de baisse, mais ce sont surtout tous ces achats supplémentaires d’actions à bon compte, progressivement durant les derniers mois, qui expliquent cette remontée très rapide de mon capital.


Supposons que j’aurais eu en mars les 9000€ disponibles, et que j’aurais décidé de les investir en seul coup, je serais encore aujourd’hui à près de 1500€ de pertes…

GDF Suez a été l’un des mes premiers titres acheté en mars, celui acheté en plus grosse proportion d’ailleurs. Mais j’en ai ensuite acheté à 7 reprises, profitant de la baisse importante de son cours de bourse.

Au plus bas, j’ai été à -23% de perte sur cette ligne, le 11 Octobre, j’étais positif de +3% !

Je constate donc qu’en pratique l’investissement progressif, ça marche.


Maintenant, personnellement, dans mon approche rendement qui vise avant tout à obtenir une rente sous formes de dividendes, j’ai effectué cet investissement progressif, pas pour optimiser la valeur du capital, mais pour acheter un maximum d’actions lorsque leur cours était bas et donc lorsque leur rendement était élevé. (Typiquement du GDF Suez à 7,8% plutôt que 5,9%)

Mais il est toujours intéressant de constater qu’en bonus, l’investissement progressif permet de sauvegarder puis d’optimiser la valeur de son capital, même si je n’ai pas comme objectif de récupérer mes liquidités en vendant mes actions.


Demain, la bourse pourrait à nouveau chuter lourdement, mais je continuerai à acheter régulièrement des actions à haut rendement, tout en sachant qu’en prime je récupérerai plus vite mon capital lorsque les beaux jours reviendront…


Avez-vous aussi expérimenté les bénéfices de l’investissement progressif en bourse ?


Sur le même thème :

20 commentaires:

Retaill and Co. a dit…

Retour au point mort très rapide!

Tu as même un graphique pour suivre l'évolution de ton portefeuille, ça c'est la classe ;- ))

Je faisais plutôt des A/R sur des valeurs cotées sur le SBF en pensant faire des plus-values rapides, mais je me trompe 1 fois sur 2.

Je reste toujours perplexe de ces rendements annoncés.

Retaill

Naurel a dit…

Salut,

Je suis ton blog avec attention parce que j'ai la même stratégie que toi, investissements réguliers sur des valeurs de rendements pour mon PEA.
Je constate la même chose en ce moment. En continuant d'investir cet été (et avec même quelques investissements exceptionnels) j'ai fais baissé mes prix de revient. Et le léger rebond d'octobre me permet de remonter rapidement vers l'équilibre. Je suis à -1,5% en ce moment alors que j'était à -12% il y a quelques semaines.

La petite différence avec toi est que j'ai investis dans Veolia, qui a fortement chuté à la suite de son dernier bilan. Cette ligne est actuellement à -17% chez moi. Sans elle je serais largement dans le vert au global.

Tout ça pour dire oui à l'investissement progressif.

yannou77 a dit…

Pour une fois, je ne suis pas d'accord, l'investissement progressif est rentable sur une période où la bourse à une courbe en "U", et désavantageux si la bourse à une courbe en "pond". A moins qu'on me prouve que la bourse évolue plus souvent sous forme de "U" que de "pond", je ne vois pas l'intérêt. Il faut faire un peu de market timming c'est sur et tenter d'acheter quand c'est "bas" cependant...

Guillaume a dit…

Depuis quelques temps je m'interesse aussi à ces valeurs a haut rendement. Et j'ai sauté le pas, ouvert un PEA chez Binck et commencé à acheter quelques valeurs.
Je me pose quand même quelques questions notamment pour la vente des actions. En effet, faisons une hypothese toute simple. J'achete des actions GDF Suez à 19,50€. Dans 6 mois le prix de cette action vaut 30€. Quelle est selon toi la bonne démarche à adopter. Liquider la ligne et empocher quelques 60 ou 70% de plus value et investir la somme ainsi recolté sur une autre ligne ? Ou garder cette ligne encore et encore ?
A partir de quand il faut "encaisser sa plus value" selon toi.
La méthode du DOW10 n'est elle pas, pour le coup la meilleure façon d'appréhender les actions à dividendes ?

ChrisToonet a dit…

Bonjour ! Intéressant ! Peux tu nous dire comment se détermine la valeur de la part ? Est ce spécial PEA ou ?? et comment tu la suis ?
Merci !

Olivier a dit…

@Retaill, normalement, si je veux être cohérent avec ma stratégie, je ne devrais pas suivre l’évolution du capital et ne me soucier que des dividendes perçus, puisque je ne suis pas dans l’optique de revendre…mais bon je me fais plaisir !


@Naurel, j’avais aussi été tenté par Veolia suite la chute du titre qui offrait alors plus de 12% de rendement je crois, mais d’après ce que j’ai vue, le dividende baissera fortement l’année prochaine, alors j’ai pas donné suite. Merci de ton retour d’expérience !


@yannou77, je suis d’accord avec toi, c’est efficace qu’en période de baisse, en réduisant les prix de revient des actions, en période de hausse, au contraire, mieux vaut calmer ses ardeurs, éviter d’acheter. Par exemple, j’ai rien acheté depuis 1 mois, et pour le moment j’attends.
Maintenant, la bourse n’est qu’une succession de U et de ponds…qu’on peut difficilement prédire, c’est tout le problème du market timing. Donc sur le principe entièrement d’accord avec toi, en pratique, si on suppose qu’on est incapable d’anticiper l’avenir, cette approche de lissage semble assez performante sur du long terme…j’avais vu des études sur le sujet, faudrait que je les retrouve…
Donc oui pour être un peu plus précis et te rejoindre, on pourrait dire que l’investissement progressif est bénéfique lorsque tout le monde est frileux et c’est en plus à ce moment là qu’il faut intensifier les versements, et qu’au contraire il vaut mieux ralentir les versements lorsque tout le monde se rue à l’achat. Tu es davantage en ligne avec ce point de vue ? Merci, à bientôt


@guillaume, ma position actuelle est je garde tant que les dividendes me conviennent, quelquesoit le cours de l’action. Bon après il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, en cas d’énorme plus value, il se pourrait que je revoie ma position…
Mon objectif est de créer un portefeuille qui me génère une belle rente. Idéalement, j’aimerais voir mes dividendes augmenter. Je suis assez confiant pour des sociétés comme Total ou Sanofi qui historiquement s’y tienne. Il est possible que j’arbitre et vende ma ligne France Telecom si par exemple, le dividende venait à baisser. Mais je n’ai pas en tête de revendre. Parce que je pars aussi du principe que globalement tous les titres montent plus ou moins en même temps, un peu comme l’immobilier, super j’ai fait une forte plus value sur ma maison, mais finalement, pour en acheter une autre, ça va me couter aussi beaucoup plus cher…
Je ne connaissais pas la méthode DOW10, sélectionner chaque année les 10 titres au plus haut rendement, puis remettre à jour l’année suivante…intéressant.
Idéalement, sélectionner des titres dont le dividende augmente chaque année me parait aussi très puissant : on achète l’année N 10 actions à 100€ au rendement de 5% (pour un dividende de 5€ par action), si le dividende monte à 8€ au bout de 5 ans, les 1000€ investis initialement deviennent rémunérés à 8%...
Merci de ces questions intéressantes, ça fait réfléchir…A bientôt !


@ChrisToonet, tout est expliqué ici : http://blog.daubasses.com/2011/01/02/la-valeur-liquidative-du-portefeuille-daubasses/

Naurel a dit…

@Yannou77:
L'investissement progressif est l'opposé du Market timming.
La différence est qu'on ne réfléchie pas à quel est le meilleur moment pour investir (difficil à définir). On investit à un moment donnée (chaque début de mois par exemple) peut importe si ça monte ou baisse. Effectivement quand ça baisse on profite également mais sans chercher le point le plus bas que le market timming vise.
Tout comme Olivier, je n'aime pas trop voir mon portefeuille en moins value mais je me focalise plus sur le nombre d'action que j'ai et le dividende que cela me rapportera.

Rom a dit…

Il s'agit effectivement d'une bonne stratégie qui est l'opposée de ce que fait la majorité des gens à savoir acheter quand c'est haut et vendre au plus bas.
Et la plupart des gens perdent de l'argent en bourse...CQFD!

Bravo pour le site qui est un de mes favoris!

RomAIN
Classebusiness.FR

Etienne a dit…

Pour les dows, c'est cici : http://www.bnains.org/backtest/dogs/dogs.htm#suivi_France

Quant à faire du market timing, c'est littéralement impossible les mouvements du marché sont erratiques et Mr Market cyclothymiques...d'autant plus pour un investisseur individuel.
La seule vrai réussite, à long terme, sans compter sur la chance ou le pif, est d'acheter des valeurs pas chères et non le marché! ...ce qu'à fait Olivier. Se concentrer encore et toujours sur des valeurs offrant une bonne marge de sécurité.
Je vous permet de renvoyer à mon article sur le sujet du market timing : http://www.investisseurdebutant.com/in-or-out

Le gros avantage de l'investissement progressif est qu'il nous force à acheter quand c'est moins cher...et surtout qu'il nous fait moins acheter quand les cours sont plus élevés (pour peu que l'on investisse de manière régulière et automatique toujours la même somme d'argent)= DISCIPLINE

Pour répondre, en partie à Guillaume, tu peux concevoir également le poids d'une ligne au regard de la pondération dans ton portefeuille. Si une valeur ayant fait une bonne PV vient à représenter 15% de ton portefeuille par exemple, tu en vends une partie pour que cela soit plus raisonnable.
Sinon, c'est une question d'approche personnelle, si tu préfères sécuriser tes PV tu te fixes une borne haute de vente automatique (par ex 20%), ce qui est sécurisant mais qui peut aussi t'empêcher de participer aux feux d'artifices quand il y en a.

Olivier a dit…

@Rom, merci Romain !

@Etienne, merci pour ton point sur la discipline, en effet, de manière automatique si on investit régulièrement le même montant, on achète forcément plus d’actions à bas coût…Bonne journée

Guillaume a dit…

Merci Etienne et Olivier de vos réponses.
Je vais insister un peu et aller plus loin.
Quel est le but ultime du PEA au final ?
A se forger un PEA avec des actions à haut rendement, ne vaudrait il mieux pas faire la même chose mais sur un compte titres ?
Je m'explique. Avec les abattements, la perception de dividende ne sera pas imposé a moins de collecter un peu plus de 5000€.
Ainsi, si notre optique est de garder les actions et reinvestir les dividendes, pourquoi ne pas opter pour le compte titres, et ainsi pouvoir a terme, jouir des dividendes que nous pourrons percevoir sur le compte courant ?

On parle d'enveloppe fiscale interessante du PEA, mais il faut peut etre alors privilegier les PEA pour les actions "value", qui genereront pas mal d'arbitrage, et ainsi s'exonerer de la fiscalité sur la plus value. Et un compte titre pour les actions à haut rendement, qui par definition seront gardées longtemps, donc pas d'arbitrage ou tres peu, et ainsi pouvoir jouir a terme des dividendes ?

Il me semble que la question mérite d'etre posée ! Du moins je me la pose, et ne voyant pas d'objection, je vous la soumets pour que vous m'aidiez !!
merci

xa a dit…

la @Guillaume

L'intérêt du PEA, c'est que si vous devez arbitrer entre une valeur de "rendement passé" pour une valeur de "rendement futur", vous n'êtes pas fiscalisé sur la réalisation temporaire de la pv latente.

Guillaume a dit…

@ xa : J'ai bien compris tout ca. Mais dans l'optique du PEA géré par Olivier, le but est d'accumuler des grosses signatures généreuses en dividendes, sans effectuer ou presque d'arbitrage !! Donc PEA ou CTO ?

Etienne a dit…

@ Guillaume : au-delà du rendement les sociétés peuvent-tout de même générer de belles plus-values au terme de 8 ans (durée optimale de détention d'un PEA). En 8 ans, si Total fait +60% et que vous décidez pour une raison X ou Y de vendre, vous serez bien content d'être dans un PEA.
L'autre intérêt que je trouve au PEA est qu'il impose une vision à long-terme et çà me plait!

POur le tordre le cou à une idée reçue que tu évoques : " il faut peut etre alors privilegier les PEA pour les actions "value", qui genereront pas mal d'arbitrage, et ainsi s'exonerer de la fiscalité sur la plus value".

C'est absolument faux. Tous les gestionnaires "value", les vrais les grands (Buffet, Schloss, Ruane, Khan, Tweedy, etc...) ont un tauxx de rotation de portefeuille très bas, inférieur à la moyenne, car parfois il faut un peu de temps à Mr Market pour s'apercevoir qu'une action est fortement décotée. Les temps de détention des actions est fréquemment supérieure à 2 ans.
En parlant de ma modeste expérience dans le domaine, je peux vous dire que je fais très peu d'opérations et qu'il y a peu "d'arbitrage" dans l'investissement value. On achète une action décotée et on attend qu'elle atteigne sa valeur intrinsèque, c'est tout!

Enfin, pour revenir au questionnement initial, l'instabilité fiscale en France est telle qu'il est bien présomptueux de faire des paris sur la fiscalité à venir de tel ou tel produit...il n'y aura peut-être plus de PEA demain, alors profitions tant qu'on peut!!

Arnaud d'avenir-plus-riche a dit…

J'investis de cette manière sur mon assurance-vie multisupport, tous les mois, je place sur des fonds actions, ce qui permet d'amortir les fluctuations.
Le principe est donc oui à l'investissement progressif.

BiBiboup a dit…

Sauf erreur de ma part, il ne s'agit pas là d'investissement progressif, mais d'achat en masse de valeur durant la période de solde.

Même si nous sommes nombreux à l'avoir fait en plus de notre investissement progressif, pour moi il s'agit d'un investissement sur l'occasion.

Olivier a dit…

@Guillaume, outre les réponses déjà apportées, ce qui m’a fait passer du compte-titres (que j’avais cru plus adapté à ma situation au début) au PEA, ce sont les 31,3% d’imposition qui sont automatiquement débités du versement des dividendes, ce qui n’est pas la cas pour le PEA. Avec le PEA, j’ai donc plus à réinvestir de suite. L’imposition n’aura lieu qu’au sortir du PEA, et donc idéalement après 5 ans et plus pour ne payer que les prélèvements sociaux (12,3%). Mais entre temps, les dividendes n’aura pas été amputée et auront pu travailler davantage. J’avais parlé de mon passage au PEA ici : http://www.plus-riche-et-independant.com/2011/03/passage-du-compte-titres-au-pea-et.html.


@Bibiboup, c’est un peu vrai, mais pour ma part, pas massivement en une seule fois parce que durant ces derniers mois, j’étais personnellement bien incapable de savoir si on avait touché le fond ou pas. Et comme l’évoquait Etienne, pour celui qui se discipline avec un montant fixe tous les mois, en période de crack, il fait tout automatiquement les soldes, en achetant plus d’actions.

Guillaume a dit…

Olivier, il n'y a pas d'imposition au prelevement forfaitaire sur les dividendes. Ceux ci bénéficient d'une fiscalité bien a part. Donc je pense que tu as été un peu abusé.
Etienne, pour l'investissement "value" même si je suis d'accord avec toi que ceux qui investissent de cette facon ne font pas beaucoup d'arbitrage, mais par definition un tel investissement veut faire deux actions, acheter bas et vendre haut. Le but ultime est de prendre de la PV. Donc idéal dans le cadre d'un PEA.

Je suis actuellement conseiller financier dans une banque, et je me suis entretenu un peu avec ma collegue, gestionnaire de patrimoine à propos de ces discussions. Et ce qu'il en ressort, c'est en fait ce qu'on souhaite faire à terme avec son argent.
Pour ma part, je vois plus la même facon d'investir qu'Olivier, a savoir sur des actions à haut dividende que l'on se debrouille à obtenir à bas prix. Un reinvestissement de ceux ci. Pendant bien des années. Jusqu'à obtenir un compte titre avec par exemple 100 000€ avec des rendements de l'ordre de 5-6%. Ainsi je peux encaisser directement les dividendes sans etre fiscalisé (pas de fiscalité en dessous de 5083€ pour un couple de dividendes percus).
Chose qu'il est plus difficile a faire sur le PEA qui reste une enveloppe, qui une fois ouverte ne peut quasiment plus servir.

Olivier a dit…

@Guillaume, on peut bel et bien choisir l’option prélèvement forfaitaire libératoire (le PFL) à 19% pour les dividendes sur un compte titres, mais par contre, dans mon cas, c’était en effet une erreur. Je n’avais pas connaissance à l’époque de l’exonération d’un certain montant de dividendes si on choisit une imposition selon le barème progressif de l'impôt sur le revenu, c’est ce que tu décris. J’ai trouvé cette source par exemple assez claire :
http://www.lcl.com/fr/info-argent/comprendre-la-bourse/valeurs-mobilieres/fiscalite-dividendes/
Le PFL n’est avantageux que pour les grosses impositions et les gros portefeuilles donc…
Fortuneo, à l’époque, m’a donc bel et bien retiré à la source 19% + 12,1%, mais à juste titre, parce que j’avais dû opter un peu trop rapidement, sans me poser la question au PFL…
Merci d’avoir soulevé ce point ! bonne journée !

Anonyme a dit…

bonjour ! entre 2011et 2013 j'ai ccumuler au fil du temps €29354 (valeur achat) aujourd'hui € 35345 soit +20% en capital.
Dividendes perçus en 2013=€1672 soit +- 6% sur valeur achat !(investissement).
J'avance prudemment avec des actions solides : Affine, Altarea, Gdf, Rallye, Sanofi, Total, Unibail & Vinci et ..Orange qui viennent de remonter (Ouf !) ! prochaine cible Scor !
Quand baisse la bourse, j'en profite!

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...