jeudi 11 février 2016

Crise boursière, enfin le retour des soldes ?



Après une année 2015 marquée par des cours de bourse qui se sont maintenus à un haut niveau, le CAC40 vient de perdre 20% durant ces 3 derniers mois !

Il y a toujours pleins de bonnes explications, un cours du pétrole trop bas, l’économie chinoise qui ralentit, des craintes plus générales sur la croissance mondiale, etc…

Peu importe au final, il faut savoir prendre de la distance avec tout cela et retenir une seule chose :
L’évolution des cours de bourse est quelque chose de cyclique, avec une alternance de périodes de hausse et de baisse. C’est historique, il y aura toujours une bonne raison pour subir un krach boursier, et il y aura toujours également de belles années de croissance !


Pourquoi investir en bourse comme on investirait dans l’immobilier ?

Une fois que l’on a fait ce constat, il y a 2 possibilités : 

Soit « jouer en bourse », en tentant de faire croitre son capital : acheter bas et revendre haut.
Ca implique d’être très actif, de suivre de très près les cours et ça induit également beaucoup de stress !
Et au final, beaucoup ont tenté cette méthode d’argent facile et rapide, qui les a conduit à l’échec. Même les traders professionnels se trompent…pour moi, c’est comme jouer au casino, il faut être très chanceux.

Soit acheter des actions comme on achète de l’immobilier locatif : on n’achète pas dans le but de revendre avec une plus-value mais dans le but de percevoir « un loyer » de son investissement. Et pour les actions, les loyers, ces sont les dividendes, cette part de bénéfices que les entreprises redistribuent à leurs actionnaires.
Il faut donc bien garder à l’esprit que l’idée n’est pas de récupérer son capital un jour. Donc peu importe l’évolution de ce capital et donc des cours de bourse. Ce qui compte, c’est le nombre d’actions détenues et le dividende par action que l’on va toucher.

C’est le choix que j’ai fait il y a 5 ans, qui me rapporte aujourd’hui plus de 2000€ par an de dividendes, donc de revenus supplémentaires.

Et quand on investit de cette manière, les crises boursières peuvent s’apparenter à une période de soldes !


Une réelle chute de la bourse ? 

Mais quelle est l’ampleur de cette baisse ? 20% sur 3 mois, avec un retour du CAC à moins de 4000 points, qu’est-ce que ça donne lorsque l’on regarde un peu en arrière ?

Le graphique suivant représente l’historique du CAC40 depuis 8 ans



Il tout de même intéressant de constater que sur ces 8 dernières années, le CAC40 a eu un niveau inférieur à 4000 points durant quasiment les 2/3 du temps (5 années sur 8). 

Alors c’est vrai que l’on est revenu pratiquement 2 ans en arrière, mais lors des 2 dernières crises majeures, en 2008-2009 et 2011-2012, le CAC était tombé sous les 3000 points. On peut donc facilement imaginer qu’il y ait encore 25% à perdre…


Faut-il investir aujourd’hui ou patienter encore un peu ?

Sur les 3 années 2011 à 2013, indépendamment des dividendes perçus intégralement réinvestis, j’ai investi 24000€ dans mon PEA. 

Sur les 2 dernières années, 2014 et 2015, seulement 4000€ (dont 1000€ seulement en 2015). 

De manière générale, à plus de 4000 points, les bonnes opportunités d’achat sur le CAC40 se font rares.

On revient donc dans une zone où l’achat de nouvelles actions redevient très envisageable. Comme expliqué plus loin, certains rendements retrouvent un excellent niveau.

Évidemment certains me diront que la bourse perdra peut-être encore 25% dans les prochains jours et qu’il vaut mieux attendre ? Mais personne ne peut le prédire.

Alors oui, je pense qu’il est raisonnable de commencer à revenir aujourd’hui à l’achat.


Comment investir ?

Mais comme toujours, progressivement, par petites touches. Si vous avez un certain montant de liquidités à investir, il ne faut surtout pas griller toutes vos cartouches d’un coup, grisé par l’effet excitant de baisses importantes sur vos actions favorites !

Il faut espacer vos achats d’actions. Ainsi, si les cours continuent de baisser, vous pourrez renforcer votre ligne avec des actions au prix de revient unitaire plus faible. Autrement dit, pour le même montant investi, vous pourrez acheter plus d’actions.
De cette manière, au final vous détiendrez, pour une société donnée, un certain nombre d’actions dont le rendement moyen sera meilleur.

Évidemment, il ne faut pas oublier que pour chaque achat, vous payez des frais de courtage. Qui sont par exemple de 2,5€ pour mon courtier Binck, que vous investissiez 50€  ou 1000€. Et 2,5€ sur 50€ (=5% de frais) c’est très différent de 2,5€ sur 1000€ (=0,25% de frais)
A vous de trouver le bon compromis selon votre capacité mensuelle d’investissement…

Sachant également qu’à l’ouverture de nouveaux comptes en ligne, la plupart des courtiers vous offrent des frais de courtage gratuits, de quoi en général faire pas mal d’opérations gratuitement !



Pourquoi rentre-t-on dans une période intéressante en bourse ?

Parce que c’est le retour des bons rendements ! Pour un dividende par action donné, si le cours de l’action baisse, automatiquement, son rendement est plus élevé.

Une autre façon de l’expliquer, c’est que pour un montant investi donné, vous allez pouvoir acheter plus d’actions, et comme action vous permet de toucher un dividende, le total perçu sera plus élevé.

Prenons le cas de l’action Total :

Fin novembre 2015, le cours de l’action Total était de l’ordre de 46€.

Sur la base du dividende versé en 2015, soit 2,44€ par action, le rendement était de 5,30%

Aujourd’hui avec un cours revenu à moins de 37€, le rendement de l’action est de 6,60%, soit +1,30%. (bien plus que le livret A…)

Avec 300€, on pouvait en novembre dernier acheter 6 actions Total, aujourd’hui on peut en acheter 8.
Soit 19,5€ de dividendes sur un an au lieu de 14,60€.



Quels sont les risques sur les dividendes ?

Évidemment, la démonstration ci-dessus ne tient que si le dividende ne baisse pas lui aussi. Y a t-il un risque de voir les dividendes par action baisser suite à une baisse du cours ?

En pratique, contrairement à une légende bien répandue, une baisse du cours de l’action entraine rarement une baisse du dividende !

Le risque se gère lors de la création de votre portefeuille d’actions.

D’une part, il faut diversifier son portefeuille, ne pas se limiter à 2 ou 3 entreprises. Une dizaine est une bonne cible. J’en suis aujourd’hui à 14 sociétés différentes (pour 28000€ investi personnellement et plus de 6000€ de dividendes réinvestis).

Ainsi, si l’une de ces sociétés venait à baisser son dividende, l’impact sur l’ensemble du portefeuille est limité.

D’autre part, il est important de regarder les historiques de versement de dividendes des sociétés pour lesquels on veut acheter des actions. 

Comme montré dans cet article, j’ai regardé l’historique de mes différents titres : pour 8 d’entre eux (Sanofi, Total, Vinci, Rallye, Edenred, Eutelsat, Rubis, Unilever) les crises de 2008 et 2011 n’ont eu aucun impact sur les dividendes versés, malgré des chutes très importantes de leurs cours. Mieux pour la plupart, les dividendes ont été croissants.

Les dividendes dépendent des bénéfices réalisés, pas du cours de bourse (pas directement en tout cas, même si on peut penser que les cours dépendent des résultats prévisionnels des entreprises…).

Et si les bénéfices venaient à se réduire, il est plus facile de réduire les investissements (voir de licencier…) que de réduire la part distribuée aux actionnaires !

Je n’ai pas dit que c’était une bonne chose, mais c’est un constat, et ce n’est pas prêt de changer…ce qui joue en faveur de l’investisseur que nous sommes.  
  
Pour ceux qui doutent encore, on verra prochainement l’impact sur les dividendes qui seront versés en 2016…a suivre !



Est-ce que j’ai acheté de nouvelles actions ces derniers jours ?

La baisse des cours m’a en effet donné l’opportunité de faire entrer un nouveau titre dans mon PEA, un 14ème.
Il s’agit de SCOR, une société que je suivais déjà depuis plus de 6 mois, mais pour laquelle j’attendais un point d’entrée. 



SCOR est une société d’assurance, un réassureur pour être plus exacte. Elle assure les sociétés d’assurance…et elle se place actuellement à la 5ème place mondiale des sociétés de réassurance.

L’historique croissant des dividendes est intéressant, avec un taux de distribution en 2015 (dividende 2014) de 51%, ce qui reste correct.



J’ai donc acheté en 2 fois, 16 actions SCOR au prix de revient unitaire moyen de 30,10€ (8 actions à 30,55€ et 8  actions à 29,66€), ce qui donne un rendement de 4,65%.

Sachant qu’en décembre, l’action offrait moins de 3,8% avec un cours à plus de 37€.


Et bien sûr, je surveille les évolutions de mes autres titres avec grand intérêt !


Bonnes soldes à tous ! 

http://binck.solution.weborama.fr/fcgi-bin/dispatch.fcgi?a.A=cl&a.si=786&a.te=150&a.ycp=&a.ra=[RANDOM]&g.lu=


13 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Olivier,

Merci de ton analyse que je partage parfaitement : en cas d'investissements boursiers de type "papa" avec un but dividendes, le cycle de la bourse importe très peu, hormis en cas de fortes baisses comme en ce moment permettant de se renforcer ou d'acquérir de nouvelles actions qui dépassent les 5% ou 6% de dividendes.

Lors d'une crise boursière, les traders agressifs sont souvent perdants, à l'inverse des profils dividendes à la force tranquille.

Par contre, me concernant, j'attends encore que la bourse descende avant de réinvestir, afin d'obtenir de meilleurs rendements. Si j'observe un seuil de stabilité présageant une nouvelle hausse, j'investirai.

Matthieu

Paulsrzn a dit…

Salut Olivier,
je suis ces évènements de loin, étant beaucoup moins investi que toi sur les actions boursières. Mais cette baisse me fait clairement réfléchir.
Dans le même temps, je rêve d'une baisse similaire dans l'immobilier pour "faire mes soldes" ! Mais je crois que ce ne sera pas pour tout de suite...

Michel de Trading-Attitude.com a dit…

Bonjour, Sur le long terme cela rapporte, mais il faut être très patient. Des investisseurs plus avertis peuvent jouer sur la baisse du pétrole.

Anonyme a dit…

Quid des impôts?

Unknown a dit…

Bonjour
Tout comme Paulsrzn j'attends depuis de nombreuses années une baisse de l'immobilier pour commencer à investir. En effet je le trouve trop cher aujourd'hui. Pensez vous cue le crise actuelle pourrait faire baisser le prix de l'immobilier en France?

Olivier a dit…

@Paul, Oui, c'est le même analogie, 25% de baisse de l'immobilier serait les bienvenus ;-) Mais ce n'est pas la baisse actuelle de la bourse qui aura un effet sur l'immobilier...

@Anonyme, je vous renvoie à cet article : http://www.plus-riche-et-independant.com/2016/01/comment-sortir-de-son-pea.html. Avec un PEA de plus de 5 ans, vous ne payez plus que les prélèvements sociaux sur les plus-values.

Anonyme a dit…

Bonjour,
oui cette approche est intéressante même avec un petit capital (moins de 5.000 €), à mon avis car le rendement sera toujours là. Je ne pratique pas encore cette technique mais suis très intéressé (si la fiscalité sur le PEA n'évolue pas en mal, ce que je crains vu c'est une niche convoitée par le gouvernement).
- Il faut, à mon sens, la compléter par une technique de Value investing (on mise sur le cours de bourse), cela peut aussi se faire (parfois) avec des valeurs de rendement (lorsque le pétrole baisse par exemple sur Total, dont le cours peut exploser si le WTI remonte, même si alors le rendement va baisser)
- Bref, merci pour cette analyse intéressante et ce blog que j'ai toujours plaisir à lire et à suivre vos aventures d'indépendance financière.

Laurent de nos-finances-personnelles.com a dit…

Bonjour,

Bon choix cette entrée sur SCOR. Le timing est peut-être un tantinet risqué, les résultats 2015 seront publiés le 24/02.

Le dividende devrait grimper à 1,5 euro par action cette année. Les perspectives de bénéfices sur 2016/2017 sont plus sombres, mais le taux de distribution de l'ordre de 50 % offre un coussin de sécurité sur la croissance du dividende.

Personnellement, j'ai allégé ma ligne de moitié en novembre dernier à 36,85 euros. J'ai pour une fois préféré une plus-value immédiate à un dividende futur.

Toutefois, il me reste 330 actions à un prix moyen de 24 euros. Je les garde précieusement.

Bonne continuation,
L.
@nos_finances

David a dit…

L'actu te donne raison : la récente publication des résultats de la SCOR montre une croissance des primes brutes de 2%, associée à une forte position aux Etats-Unis (+25% de CA). Tout cela conduit à une rentabilité technique préservée.

De quoi sécuriser encore plus un excellent historique de croissance des dividendes ;)

Alex de la Bourse à LT a dit…

Bonjour,

Je suis baissier sur l'indice cac40 depuis août 2015 !

Dans cette phase de baisse, ma stratégie est la suivante :
Faire une pause et accumuler mon compte espèces pour être prêt lorsque la tendance redeviendra haussière. Seul mon indicateur technique m'en donnera le signal.

Alexandre

Laurent de nos-finances-personnelles.com a dit…

Bonjour,

La Scor a publié ses résultats 2015 ce matin (24/02). Hausse du bénéfice net de 25% Y/Y, au-dessus du consensus de 40 MEUR.

Le dividende passe bien à 1,5 EUR comme prédit plus haut (+7% sur les 1,4 EUR de l'an dernier).

Le cours suit le marché baissier pour le moment.

L.

Olivier a dit…

Merci Laurent pour ces bonnes nouvelles sur SCOR ! Ce qui me donne un rendement de quasiment 5% sur cette ligne...que je vais essayer de renforcer en cas de nouvelles baisse du cours. bonne journée !

Charles de Trader CFD a dit…

Nul doute que le récent rally sur les marchés US et Européens va bientot laisser place à une nouvelle correction. Tout reste à savoir si Mario Draghi parviendra à sauver la situation demain.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...